Présidentielle en Iran : vers une victoire des ultraconservateurs - Info et société

19 Juin, 2021, 17:18 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Raïssi candidat à la présidentielle iranienne lors d’un discours à Téhéran mardi

Les Iraniens ont élu un nouveau président au premier tour a déclaré samedi le président sortant Hassan Rohani, alors que deux candidats au scrutin de la veille félicitaient l'ultraconservateur Ebrahim Raïssi pour sa victoire sans attendre l'annonce des résultats officiels.

Les chiffres de la commission permettent néanmoins d'extrapoler un taux de participation supérieur à 53%. Ebraim Raïssi possède ce titre religieux chiite tout comme le président sortant Hassan Rohani auquel il va donc succéder.

Sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram et sur Twitter, les candidats à la présidentielle, le député Amirhossein Ghazizadeh-Hachémi, l'ex-commandant en chef des Gardiens de la Révolution Mohsen Rézaï et l'ancien président de la Banque centrale Abdolnasser Hemmati, ont eux aussi reconnu la victoire du Chef de l'Autorité judiciaire.

Sur fond de craintes d'une abstention massive après des appels au boycottage de l'élection relayés de l'étranger, les opérations de vote ont été considérablement étendues, jusqu'à 2H00 du matin samedi (21H30 GMT vendredi), pour permettre une participation maximale dans de bonnes conditions compte tenu de la pandémie de Covid-19 qui frappe durement le pays.

Chef de l'Autorité judiciaire, M. Raïssi, 60 ans, faisait figure d'archifavori, faute de concurrence réelle après la disqualification de ses principaux adversaires. Après Rohani le modéré, Ebrahim Raissi est un ultra-conservateur proche du Guide suprême de la République islamique. Pour sa campagne, il a promis de mener une " lutte incessante contre la pauvreté et la corruption ". Mais, le guide suprême, Ali Khamenei, à la fin de sa carrière, veut l'uniformité des centres du pouvoir.

Son élection ne devrait donc pas avoir d'effet sur les négociations en cours pour sauver l'accord de Vienne en y réintégrant les Etats-Unis.

M. Raïssi figure sur la liste noire des responsables iraniens sanctionnés par Washington pour "complicité de graves violations des droits humains".

Recommande: