Saint-Lô. Le complotiste Rémi Daillet et sa famille expulsés de Malaisie

13 Juin, 2021, 18:08 | Auteur: Jonathan Ford
  • Enlèvement de la petite Mia : le complotiste Rémy Daillet et sa famille expulsés de Malaisie

Le Français Rémy Daillet et sa famille ont été expulsés dimanche de Malaisie, ont indiqué plusieurs sources concordantes à l'AFP, et sont attendus en France lundi où le complotiste, soupçonné d'avoir contribué à l'enlèvement de la petite Mia, fait l'objet d'un mandat d'arrêt.

Rémy Daillet, sa compagne Léonie Bardet et ses trois enfants de 17, 9 et 2 ans, ont été arrêtés pour situation irrégulière fin mai sur l'île touristique malaisienne de Langkawi où ils résidaient.

Une pétition a été lancée par les proches de la famille pour libérer Léonie Bardet, la compagne enceinte de Rémy Daillet et leurs trois enfants en Malaisie.

"Ils ont pris un vol commercial vers l'aéroport de Changi à Singapour avec une escorte de sécurité renforcée", a indiqué une source à l'AFP.

Ce groupe a aussi envoyé des requêtes aux autorités françaises, notamment au ministère des Affaires étrangères et à la présidence, leur demandant d'agir pour les sortir de détention.

Selon le procureur de Nancy (est), Rémy Daillet aurait joué un rôle important dans l'organisation de l'enlèvement de l'enfant. Il est soupçonné d'avoir monté à distance une opération pour enlever la petite Mia et la rendre à sa mère, qui avait interdiction de voir sa fille par la justice française.

Bientôt deux mois après que la petite Mia et sa mère, Lola Montemaggi, ont été retrouvées dans un squat de Sainte-Croix, en Suisse, l'affaire de l'enlèvement n'en finit plus de rebondir.

Il avait reconnu lors de ses auditions avoir adhéré en octobre 2020 à l'organisation dirigée par Rémy Daillet, a annoncé le parquet de Nancy dans un communiqué.

" Il a reconnu avoir donné des conseils sur la manière d'organiser des enlèvements d'enfants " mais a nié " avoir participé aux réunions préparatoires à l'enlèvement de Mia", a-t-il ajouté.

Dans d'autres vidéos plus anciennes il défendait l'idée d'un coup d'État populaire et se disait opposé aux impôts, aux vaccins, aux masques ou à la 5G. Il prônait par ailleurs l'éducation des enfants par leurs parents à la maison.

Selon M. Pérain, Christophe M. a expliqué avoir quitté l'organisation en mars pour plusieurs raisons dont un " désaccord avec Rémy Daillet sur l'organisation des enlèvements d'enfants ".

Dans le cadre de l'affaire Mia, neuf personnes au total, dont la mère de la fillette, proches de la mouvance anti-système et complotiste, ont déjà été inculpées et placées en détention provisoire.

Recommande: