Jürgen Conings reste introuvable — Chasse à l'homme

23 Mai, 2021, 11:35 | Auteur: Lynn Cook
  • Jurgen Conings 46 ans est toujours activement recherché dans l’est de la Belgique par des policiers et des militaires

Vendredi, le gouvernement a promis de durcir les règles d'accès aux armements pour les militaires, sur fond de polémique sur le défaut de surveillance dont ce militaire radicalisé aurait profité.

" Jürgen, si tu es encore en vie, ne fais pas de victimes", a ainsi déclaré Gwendy (46 ans), visage flouté, au militaire qui est l'homme le plus recherché du pays depuis mardi". Les recherches des militaires et des policiers sont toujours concentrées dans les 12 000 hectares du parc de la Haute-Campine, au nord-est du pays. Finis-en avec cette histoire.

" Plus de 400 personnes sont en train de balayer ce territoire pour essayer de résoudre cette situation dangereuse ", a affirmé le premier ministre Alexander De Croo, jeudi après-midi devant les députés.

En 2019, Jürgen Conings a fait l'objet de sanctions de sa hiérarchie après avoir "tenu des propos racistes" et "proféré des menaces" sur Facebook.

Ce militaire aguerri, déjà parti en mission notamment au Kosovo, en Irak et en Afghanistan selon les médias flamands, semble déterminé à s'en prendre à des représentants de l'État belge et à des personnalités, d'après des écrits retrouvés par les enquêteurs. Le cabinet n'a pas confirmé qu'il s'agissait du virologue Marc Van Ranst, comme l'a indiqué une source à la chaîne publique flamande. Devenu la bête noire des "anti-masque" et autres opposants aux restrictions de rassemblements, ce scientifique de 55 ans est également coutumier des prises de position contre le racisme et la xénophobie et va régulièrement au clash sur les réseaux sociaux avec l'extrême droite flamande. Un militaire d'extrême droite, probablement en possession d'armes à feu, reste introuvable et inquiète les autorités.

Pour la même raison, il est également fiché par l'OCAM, l'organisme belge d'analyse de la menace terroriste, depuis trois mois, a précisé jeudi Alexander De Croo.

" Appeler à la haine et à la violence c'est inacceptable, qu'il s'agisse de virologues, de scientifiques, d'adversaires politiques". Selon ses dires, une plainte a été déposée par l'état-major concernant ce fait, mais elle a été classée sans suite. Il continuait pourtant d'avoir accès aux armes et aux munitions de sa caserne en tant que préparateur des candidats aux missions à l'étranger, arsenal qu'il aurait pillé lundi avant de prendre la fuite.

Recommande: