Un militaire d'extrême droite jugé très dangereux en fuite — Belgique

22 Mai, 2021, 08:48 | Auteur: Lynn Cook
  • Militaire en fuite des véhicules blindés viennent en appui au dispositif de recherche

Le porte-parole du parquet fédéral n'a de même souhaité faire aucun commentaire sur ce point.

"Plus de 400 personnes sont en train de balayer ce territoire pour essayer de résoudre cette situation dangereuse", a-t-il affirmé.

Il pourrait s'être retranché dans le parc national de la Haute Campine, vaste espace de 12.000 hectares de forêts et de landes, où depuis mercredi quelque 300 policiers et militaires ont été déployés pour le traquer, selon les médias belges. Côté néerlandais, des unités spéciales se sont dites "en alerte" et prêtes à intervenir en cas de besoin, selon l'agence de presse Belga. Il est soupçonné d'avoir dérobé plusieurs types d'armes à feu dans sa caserne avant de prendre la fuite.

Mardi en fin d'après-midi son 4X4 a été retrouvé près du village de Niel-bij-As, en bordure d'une zone boisée, avec à l'intérieur quatre lance-roquettes antichars et des munitions. Mais il est "probablement encore en possession d'un armement plus léger et reste donc potentiellement dangereux", a précisé le parquet fédéral mercredi.

D'après des lettres retrouvées par les enquêteurs, cet homme fiché comme étant un sympathisant de l'extrême droite semble déterminé à s'en prendre à des représentants de l'État et à des virologues.

La ministre de la Défense a demandé une enquête interne.

Les fouilles menées dans un important périmètre du parc national n'ont rien mené jeudi, le militaire armé en fuite Jürgen Conings reste introuvable.

Parmi ses cibles potentielles figure le virologue Marc Van Ranst, expert parmi les plus en vue en Belgique dans la crise sanitaire.

Devenu la bête noire des " antimasque " et autres opposants aux restrictions de rassemblements, ce scientifique de 55 ans est également coutumier des prises de position contre le racisme et la xénophobie et en découd régulièrement avec l'extrême droite flamande sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, il est fiché par l'Ocam (organisme belge d'analyse de la menace terroriste) depuis 3 mois, a détaillé jeudi Alexander De Croo.

" Appeler à la haine et à la violence c'est inacceptable, qu'il s'agisse de virologues, de scientifiques, d'adversaires politiques".

Ludivine Dedonder a révélé jeudi que le militaire avait été sanctionné par sa hiérarchie l'an dernier en raison de son profil radicalisé et de menaces et propos racistes diffusés sur Facebook. Selon ses dires, une plainte a été déposée par l'état-major concernant ce fait, mais elle a été classée sans suite. Mais, a regretté la ministre, "ça n'a pas suffi" pour l'empêcher d'avoir accès à des lance-roquettes et des fusils-mitrailleurs. "Il n'y a pas de place à la Défense pour les racistes et les fascistes", a ajouté la ministre. Les recherches ont nécessité la fermeture d'une portion de l'autoroute E314, à hauteur de Maasmechelen en direction de Genk, un axe qui borde le parc national.

Recommande: