De nouveaux affrontements quelques heures après le cessez-le-feu — Palestine

21 Mai, 2021, 19:51 | Auteur: Lynn Cook
  • Des familles palestiniennes dont les maisons ont été endommagées par les frappes de l'aviation israélienne en réponse aux tirs de roquettes sont déplacées vers une école des Nations unies à Rafah dans le sud de la bande de Gaza le 17 mai 2

Les affrontements ont débuté après la grande prière musulmane du vendredi à laquelle ont participé une foule de Palestiniens, selon des journalistes de l'AFP sur place.

Israël et le groupe armé palestinien du Hamas vont débuter vendredi à 02h une trêve dans la bande de Gaza, ont déclaré un représentant du Hamas et la presse israélienne, laissant entrevoir une issue au conflit sans précédent depuis plusieurs années qui a éclaté le 10 mai.

Ces accrochages interviennent deux semaines après des affrontements similaires qui ont entraîné une escalade de la violence entre en Israël et dans les Territoires palestiniens. Des projectiles ont été lancés en direction des forces israéliennes présentes sur l'esplanade, troisième lieu saint de l'islam, a rapporté la police, en faisant état d'une "émeute".

Joe Biden aura attendu l'annonce d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas pour s'exprimer solennellement pour la première fois depuis la reprise des violences.

"C'est l'euphorie de la victoire", a lancé devant les manifestants Khalil al-Hayya, un ténor du Hamas dans l'enclave soumise à un blocus israélien depuis près de 15 ans.

"C'était une véritable guerre, terrifiante pendant 11 jours".

Les secouristes recherchent toujours dans les décombres des survivants après avoir retiré cinq dépouilles ainsi qu'une dizaine de survivants dans des tunnels souterrains bombardés par l'armée israélienne.

Après l'annonce de cette trêve, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a déclaré sur Twitter se rendre au Moyen-Orient "dans les prochains jours ". Selon Reuters, le cabinet de sécurité israélien a indiqué jeudi soir avoir voté à l'unanimité en faveur d'une trêve mutuelle et inconditionnelle à Gaza sur proposition de l'Égypte, qui a œuvré en médiateur.

Dans la foulée, le Hamas, mouvement considéré comme "terroriste" par l'Etat hébreu, l'Union européenne et les Etats-Unis, a affirmé que "la résistance palestinienne respectera cet accord aussi longtemps" qu'Israël le respectera.

Il faisait allusion à l'occupation par Israël du territoire palestinien de Cisjordanie et du secteur palestinien de Jérusalem depuis 1967.

"Je suis très heureux du cessez-le-feu mais cette guerre, la suivante et celle d'après sont vaines".

A l'étranger, Berlin a salué le cessez-le-feu mais estimé qu'il fallait désormais "s'attaquer aux causes profondes" du conflit israélo-palestinien.

La France, la Russie, la Chine et l'Union européenne, ont aussi jugé nécessaire une relance du processus de paix entre Israël et l'Autorité palestinienne. A l'origine des heurts, la menace d'expulsion de familles palestiniennes au profit de colons israéliens. Plus de 90% ont été interceptées par le système anti-missiles israélien.

Selon les autorités israéliennes, 12 personnes ont été tuées en Israël, tandis que des centaines de personnes ont été soignées après avoir été blessées par des tirs de roquettes.

Recommande: