L'affrontement touche les Palestiniens et les Israéliens, juifs et arabes — Israël-Gaza

20 Mai, 2021, 00:09 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Un bombardement israélien à Gaza le 18 mai 2021

"Le président a indiqué au Premier ministre qu'il s'attendait à une désescalade significative aujourd'hui vers un cessez-le-feu", a souligné la Maison Blanche dans un bref compte rendu de l'échange téléphonique entre les deux hommes. Lors d'une rencontre entre Emmanuel Macron, le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi et (par visioconférence) le roi Abdallah II de Jordanie, "les trois pays se sont mis d'accord sur trois éléments simples: les tirs doivent cesser, le moment est venu d'un cessez-le-feu et le conseil de sécurité de l'ONU doit se saisir du sujet", a précisé l'Elysée. Et ils sont nombreux: les forces israéliennes affirment en effet avoir visé, outre des sites de lancement de roquettes, plusieurs quartiers généraux du Hamas, les maisons de ses dirigeants, des équipements ainsi que des souterrains utilisés pour le mouvement de munitions et d'activistes.

En Israël, les sirènes pour alerter des tirs de roquettes en provenance de Gaza, notamment dans le sud du pays, ont continué de retentir en soirée. En Israël, les tirs de roquettes de Gaza ont fait 12 morts selon la police.

En neuf jours, 3.750 roquettes ont été tirées de Gaza dont environ 90% ont été interceptées par le système de défense anti-aérien israélien, selon l'armée.

En coulisses, une médiation menée en partie par l'Égypte, interlocuteur à la fois d'Israël et du Hamas, n'a toujours pas abouti, selon des sources diplomatiques égyptiennes. Dans ce sprint diplomatique, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas est attendu jeudi à Jérusalem et à Ramallah, en Cisjordanie, territoire palestinien séparé politiquement et géographiquement de Gaza et occupé par Israël, pour des entretiens en vue d'une "désescalade".

Depuis le début, le 10 mai, de ce nouveau cycle de violences, au moins 219 personnes, dont 63 enfants, ont été tuées dans des raids israéliens sur la bande de Gaza selon le ministère de la Santé local.

Quelque 72.000 personnes y ont été déplacées et 2.500 ont perdu leur maison dans les bombardements, selon l'ONU. Plusieurs livraisons d'aides internationales prévues mardi et mercredi ont été annulées par Israël, après des tirs palestiniens sur des points de passage vers Gaza, selon l'armée israélienne.

En Cisjordanie, le soulèvement simultané des jeunes Palestiniens contre l'occupation israélienne, l'un des plus violents en une dizaine d'années, a fait 24 morts depuis le 10 mai.

À l'origine des heurts, la menace d'expulsion de familles palestiniennes au profit de colons israéliens dans un quartier de Jérusalem-Est, secteur palestinien occupé par Israël depuis plus de 50 ans.

Et les tensions restent aussi vives dans les villes mixtes d'Israël entre Juifs et Arabes israéliens, les descendants des Palestiniens restés sur leur terre à la création d'Israël en 1948, qui se disent victimes de " discrimination ".

Recommande: