Crise migratoire: l’Espagne octroie une aide au Maroc

19 Mai, 2021, 10:52 | Auteur: Lynn Cook
  • Une marée humaine de migrants venus du Maroc afflue vers Ceuta en Espagne un record

Le chef du Parti populaire au niveau national, Pablo Casado a, après avoir, condamné l'afflux des migrants marocains, a appelé le gouvernement espagnol "à garantir immédiatement l'intégrité des frontières et à coordonner avec le Maroc le retour des immigrés dans leur pays". Ce qui a suscité une réaction immédiate des autorités espagnoles qui se sont empressées à renvoyer les migrants clandestins chez eux.

La ministre espagnole des Affaires étrangères a précisé encore une fois que l'accueil en Espagne du président sahraoui Brahim Ghali, était pour des soins, dénonçant implicitement les autorités marocaines.

"Ceuta n'est pas préparée à des situations pareilles", a-t-elle déclaré sur son compte Twitter, critiquant l'Union européenne, "pour ne avoir pris les mesures nécessaires pour y faire face".

Cinquante agents supplémentaires vont être déployés en plus des 200 déjà envoyés mardi tandis que 150 autres seront en veille et prêts à intervenir.

Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, est arrivé en début d'après-midi à Sebta, où il a été accueilli par des insultes et des huées.

De leur côté, les forces de l'ordre marocaines ont renforcé leur présence aux frontières et ailleurs pour éviter des tentatives d'immigration.

Ils les raccompagnent ensuite vers la clôture qui sépare l'Espagne du Maroc.

"Je ne conçois pas que l'on puisse mettre en danger la vie de mineurs dans la mer comme nous l'avons vu ces dernières heures à Ceuta", que cela puisse être "une réponse à une action humanitaire", a déclaré Arancha Gonzalez Laya dans une interview tard lundi soir à la radio Cadena Ser.

L'opération a donc été tenue par de nombreux migrants marocains entre la période allant de la nuit du lundi à la matinée du mardi 18 mai 2021.

"Je suis venue pour traverser clandestinement et assurer l'avenir de mes enfants, car ici, il n'y a rien". "Je n'ai pas peur: ou je meurs ou je passe ", lance la jeune femme venue de la ville voisine de Tétouan.

Lundi, un homme s'est noyé alors qu'il tentait de rallier l'enclave par la mer, selon la préfecture de Ceuta.

Le conflit au Sahara occidental, ancienne colonie espagnole classée " territoire non autonome " par les Nations unies en l'absence d'un règlement définitif, oppose depuis plus de 45 ans le Maroc au Front Polisario, soutenu par l'Algérie.

Le Maroc a décidé de rappeler son ambassadrice en Espagne, Karima Benyaich, pour consultation, après le "mécontentement" exprimé par Madrid face à l'afflux des migrants marocains à Sebta (Ceuta), une ville occupée par l'Espagne.

Recommande: