L'EMA juge toujours que les bénéfices l'emportent sur les risques — AstraZeneca

25 Avril, 2021, 19:37 | Auteur: Aubrey Nash
  • Vaccin Johnson & Johnson: c’est parti

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a indiqué vendredi qu'après une nouvelle étude, les bénéfices du vaccin AstraZeneca augmentaient avec l'âge et continuaient de l'emporter sur les risques.

La Commission européenne avait demandé à l'EMA de mener une nouvelle étude suite aux inquiétudes de plusieurs pays européens qui ont choisi de limiter l'utilisation du vaccin développé par le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca aux personnes âgées.

Cinq nouveaux cas de thromboses (caillots) atypiques, associés au vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca, ont été enregistrés en France entre le 9 et le 15 avril, mais aucun n'a causé de nouveau décès, selon les autorités sanitaires.

"Les bénéfices de Vaxzevria (le nom du vaccin AstraZeneca) l'emportent sur les risques chez les adultes de tous les groupes d'âge", a déclaré en réponse le régulateur européen dans un communiqué.

Selon Noël Wathion, les conclusions de cette nouvelle étude devraient être un "guide utile pour les États membres lors de l'ajustement de leurs stratégies de vaccination ".

La pause dans l'utilisation du vaccin mis au point par le laboratoire américain avait été décidée afin d'enquêter sur plusieurs cas de femmes ayant développé des cas graves de caillots sanguins en association avec des bas niveaux de plaquettes après leur injection.

Les risques sont plus faibles pour les personnes plus âgées: 1,1 cas sur 100 000 dans la tranche d'âge 50-59 ans, un cas sur 100 000 chez les 60-69 ans, 0,5 chez les 70-79 ans et 0,4 cas chez les plus de 80 ans.

En raison des rares cas de thromboses repérés en Europe et en France, depuis le 19 mars le vaccin AstraZeneca n'est plus administré aux moins de 55 ans.

Certains experts ont notamment souligné vendredi les bénéfices de ce vaccin à dose unique, pouvant être conservé dans les réfrigérateurs et atteindre plus facilement les groupes vulnérables, face aux risques très rares de thromboses, qui peuvent avoir des conséquences neurologiques dévastatrices même quand elles ne sont pas mortelles.

Et malgré des rapports selon lesquels les cas de caillots sanguins étaient plus fréquents chez les femmes, l'EMA a déclaré qu'il n'y avait " pas suffisamment de données disponibles dans toute l'UE " pour affirmer que les risques sont liés au sexe. Outre J&J, les États-Unis administrent en majorité les vaccins de Pfizer-BioNTech et Moderna, qui utilisent la technologie de l'ARN messager et nécessitent deux injections.

Recommande: