Profil du tueur de la fonctionnaire de police française

24 Avril, 2021, 06:47 | Auteur: Lynn Cook
  • Les faits se sont produits vers 12 H20 GMT dans le sas d'entrée du commissariat de Rambouillet. Ph. AFP

"Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et le Premier ministre Jean Castex ont annoncé se rendre dans l'après-midi au commissariat de cette ville de près de 26 000 habitants, situé à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Paris".

Ce vendredi 23 avril, en début d'après-midi, un homme a tué à coups de couteau une fonctionnaire de police au commissariat de Rambouillet, dans les Yvelines.

Originaire de la région de Sousse, dans l'est de la Tunisie, il était arrivé en France en 2009 et avait bénéficié en 2019 d'une autorisation exceptionnelle de séjour salarié, puis d'une carte de séjour en décembre 2020, valable jusqu'en décembre 2021, selon le Parquet national antiterroriste. La fonctionnaire administrative, âgée de 48 ans, rentrait de sa pause déjeuner quand l'assaillant lui a porté deux coups de couteau à la gorge, d'après les premiers éléments de l'enquête.

L'assaillant a été touché par les tirs d'un seul policier, d'après une source policière.

"Une évaluation est en cours par la Sdat [Sous-direction antiterroriste]", a expliqué à l'AFP le parquet national antiterroriste qui ne s'est pas saisi de l'enquête "à ce stade".

Un ancien voisin, interrogé par l'AFP, qui ne l'avait plus vu depuis deux ou trois ans, l'a décrit comme un musulman " pas pratiquant ". Pendant plusieurs années, ses posts publics sont consacrés en nombre à la dénonciation de l'islamophobie ou des propos de différents polémistes. Il avait résidé auparavant dans le Val-de-Marne.

Au moment de l'attaque, l'assaillant aurait crié "Allah Akbar" avant de poignarder mortellement la fonctionnaire de police. Ces trois personnes appartiennent à l'entourage de l'assaillant, Jamel G., âgé de 36 ans, selon la source judiciaire. L'enquête a été confiée conjointement à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Le mode opératoire, une attaque à l'arme blanche, a également motivé cette saisine. "Stéphanie a été tuée dans son commissariat de Rambouillet, sur les terres déjà meurtries des Yvelines", a ajouté le chef de l'État, en allusion à l'assassinat de Samuel Paty en 2020 et d'un couple de policiers en juin 2016 dans le même département.

"Le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur (.) apporteront leur soutien aux collègues de la victime et à travers eux à l'ensemble de la police nationale" et des forces de sécurité "à nouveau ciblées", a indiqué le gouvernement dans un communiqué.

Les forces de l'ordre figurent parmi les objectifs récurrents des organisations djihadistes, dont le groupe État islamique (EI), alors que la France a été touchée ces dernières années par une vague d'attentats islamistes sans précédent qui a fait plus de 250 morts.

Recommande: