Covid-19: Le "variant indien" inquiète l'OMS

24 Avril, 2021, 22:33 | Auteur: Lynn Cook
  • Variant indien:

" Il s'agit d'un mutant qui a des mutations qui sont retrouvées dans un variant californien, d'une part, et une autre mutation sur le même variant qui est retrouvé dans les variants brésilien et sud-africain". Il a été détecté " sporadiquement en Angleterre, en Allemagne, au Canada et à Singapour ".

Invitée ce 21 avril sur Franceinfo, Karine Lacombe, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, a affirmé que ce variant détecté "va arriver en France" et que "c'est une question de jours". Pour faire face à cette situation, le pays vient d'interdire son accès aux voyageurs en provenance d'Inde, à l'exception de ses résidents anglais qui doivent respecter une quarantaine.

La responsable a également noté que le variant se répandait dans d'autres pays et avait été signalé "dans toute l'Asie et l'Amérique du Nord".

Pour l'heure, il est impossible d'affirmer que le variant indien est présent en France. Ils craignent ainsi que ce variant entraîne une certaine évasion immunitaire, c'est-à-dire qu'il puisse ne pas être reconnu par le système immunitaire des gens qui ont déjà été infectés par la souche précédente. "Il est qualifié de "double mutant" parce qu'il est notamment porteur de deux mutations préoccupantes au niveau de la protéine de pointe (" spike ") du virus Sars-CoV-2.

La souche concernée, baptisée B.1.617, présente une double mutation et a été détectée en Inde en 2020. "Et pour ce qui concerne la France, deux cas ont été détectés sur la Guadeloupe, sans de notion de gravité particulière sur ces deux cas". Mais là non plus, la plus grande contagiosité de ce variant n'est pas établie scientifiquement.

"Il a en particulier deux mutations qui pourraient entraîner une résistance à la vaccination voire au traitement comme les anticorps monoclonaux, explique Karine Lacombe".

Pourquoi l'appelle-t-on "double mutant"? Cette évolution convergente des variants est plutôt rassurante, car elle indique que le virus continue de puiser dans la même " banque " de mutations pour évoluer.

Ce variant est "comme celui d'Afrique du Sud ou du Brésil". En d'autres termes, il a des propriétés qui lui confèrent une plus grande infectivité. Est-ce que cela a un rapport avec ce variant indien? . "Il a fallu du temps pour comprendre que l'on était en présence d'un véritable variant". "Sur les effets de la vaccination, on en saura plus dans la semaine, mais nous n'observons pas plus de réinfections, précise Rakesh Mishra, dont le centre compte parmi les dix laboratoires spécialisés dans le séquençage du génome". 1619 décès ont été recensés en l'espace de 24 heures selon le ministère indien de la Santé, un record depuis le début de la crise sanitaire.

Après le variant " brésilien " du coronavirus, le variant "indien" suscite à son tour l'inquiétude, au vu de ses caractéristiques et de la rapide dégradation de la situation sanitaire en Inde, mais rien ne prouve pour l'instant qu'il soit plus contagieux ou qu'il rende les vaccins moins efficaces. "Ces tests ont un taux de sensibilité de 70 à 80 %, cela signifie qu'un certain nombre d'entre eux donnent lieu à de faux résultats négatifs".

On sait que la personne de la Mauricie chez qui le variant B.1.617 a été repéré avait reçu plusieurs semaines auparavant la première dose d'un vaccin contre la COVID. Dans Le Figaro, Anurag Agarwal, directeur de l'Institut de génomique et de biologie intégrative de Delhi, souligne que les malades souffrent "de maux de tête, de congestion nasale, de maux de gorge, de douleurs musculaire".

Recommande: