Plus de 500 doses de vaccins AstraZeneca inutilisées faute de volontaires — Calais

05 Avril, 2021, 21:01 | Auteur: Lynn Cook
  • Une soignante prépare une dose de vaccin contre le Covid-19 à Savenay le 2 avril 2021

Le ministère libanais de la Santé a annoncé l'arrivée samedi après-midi à Beyrouth d'une nouvelle cargaison de 46.800 doses de vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19, la huitième à arriver au Liban.

Des responsables du centre ont expliqué au ministre que "quand 500 rendez-vous sont mis en ligne pour le vaccin Pfizer, ils partent en 5 minutes, alors qu'avec AstraZeneca, ça prend un jour et demi, voire deux jours". La preuve, samedi, 550 doses du vaccin n'ont pas réussi à trouver preneur et ont entraîné la fermeture anticipée du centre de vaccination du Forum Gambetta à Calais.

À voir aussi - Causes, symptômes, risques.

Un centre de vaccination à Calais n'a pas réussi à attirer des volontaires, même si la maire n'a pas cessé d'encourager à la vaccination toute la semaine.

Publiée dans une revue scientifique, l'étude allemande éclaire sur le sujet des cas de thromboses dont le lien avec la vaccination à l'AstraZeneca n'avait jusqu'ici pas été établi. "Cela fait huit jours que cela a commencé et vendredi (lorsque le régulateur britannique du médicament a indiqué avoir identifié 30 cas de caillots sanguins chez des personnes ayant reçu ce vaccin, NDLR), c'était le coup de grâce" a résumé l'élue. Il n'y aura donc plus de premières doses la semaine prochaine.

"Il faut rassurer, Pfizer/ BionTech, Moderna et AstraZeneca sont trois très bons vaccins". Tous les professionnels de santé que je côtoie, assurent que ce vaccin n'est pas dangereux.

Une réticence qui a plusieurs explications, selon la maire de Calais, Natacha Bouchard.

"Nous devons faire attention aux craintes des Français", a-t-il noté, tout en soulignant que la vaccination constituait "le meilleur rempart contre ce virus qui tue tous les jours". "C'est perdu, on a dû rendre les quelque 600 doses restantes (à la pharmacie centrale de l'hôpital de Calais, qui gère les approvisionnements en vaccins pour le littoral, NDLR)". "Il y a sans doute encore de la pédagogie à faire sur ce vaccin pour qu'il puisse être considéré comme les autres par une partie de la population", a-t-il ajouté, reconnaissant "une ou deux situations un peu compliquées" durant ce week-end de Pâques.

Recommande: