Ministres dans des restaurants clandestins : l'avertissement de Marlène Schiappa

05 Avril, 2021, 11:53 | Auteur: Lynn Cook
  • Dans le reportage un organisateur sous couvert d'anonymat évoquait la présence de ministres à ces repas

Des dîners parisiens luxueux et clandestins en pleine épidémie de Covid-19?

La chaîne privée a diffusé vendredi soir un reportage en caméra cachée dans un lieu présenté comme "un restaurant clandestin situé dans les beaux quartiers", où les participants et les serveurs ne portent pas de masques et ne respectent pas les gestes barrières. La chaîne s'est aussi procuré des images d'une soirée payante, où des dizaines de convives apparaissent sans masque, certains se faisant la bise.

L'un des organisateurs interviewés, présenté comme "collectionneur", affirme en voix off déguisée: "J'ai dîné cette semaine dans deux ou trois restaurants qui sont soi-disant des restos clandestins, avec un certain nombre de ministres". On est en démocratie.

De son côté, à la suite du reportage diffusé par M6, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin explique, via son compte Twitter, qu'il a "demandé au Préfet de police de Paris de vérifier l'exactitude des faits rapportés afin, s'ils sont vérifiés, de poursuivre les organisateurs et les participants de ces dîners clandestins". "Alors ça me fait doucement rigoler ". Le ministère de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a également demandé l'ouverture d'une enquête administrative à la préfecture de Paris.

Dans le communiqué transmis par son avocat à l'AFP, il se rétracte et affirme qu'il s'agissait d'humour et qu'il maniait "le sens de l'absurde" en assurant que des ministres participaient à ces repas, rapporte France Info.

Au vu des images de M6 et de leurs précédentes publications sur les réseaux, l'homme a été identifié par plusieurs médias et internautes comme étant Pierre-Jean Chalençon, propriétaire du "Palais Vivienne", situé dans le centre de Paris.

La polémique a été très relayée sur les réseaux sociaux, notamment sous le mot dièse #OnVeutLesNoms, sur Twitter.

Lui aussi interrogé sur ce sujet, à l'occasion de son passage dans le "Grand Jury" (LCI-RTL-Le Figaro), Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, s'est dit "convaincu" qu'aucun ministre n'aurait pu participer à ce type de festivités.

"Si d'aventure il y avait des ministres ou des députés qui auraient enfreint les règles, et bien il faut qu'ils aient des amendes et qu'ils soient pénalisés comme chaque citoyen", a-t-elle observé en qualifiant "d'obscurantiste" l'attitude des participants à ce genre de rendez-vous. En février dernier, Bruno Le Maire avait déjà assuré que les restaurateurs qui ne respecteraient pas les règles, en acceptant de servir des clients à table, se verraient refuser l'accès au fonds de solidarité gouvernemental; ce dernier serait "suspendu pendant un mois".

Le procureur de la République de Paris a saisi dimanche la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) d'une enquête des chefs de mise en danger d'autrui et de travail dissimulé après la diffusion d'un reportage sur l'organisation de "fêtes clandestines" de haut standing à Paris.

Recommande: