Le propriétaire du palais Vivienne se rétracte — Dîners clandestins

05 Avril, 2021, 20:33 | Auteur: Jonathan Ford
  • Début février Pierre Jean Chalençon parlait déjà de ses dîners dans l'émission

Que sait-on exactement ce lundi?

Dans un reportage diffusé vendredi soir sur la chaîne privée M6, une source anonyme soutient que des ministres, non nommés, ont participé à des dîners clandestins de luxe à Paris, au mépris des interdictions édictées pour freiner la propagation du Covid-19. Sur ces images, on aperçoit des serveurs et des clients sans masque, dans un lieu clos. Une déclaration qui n'est pas passée inaperçue.

En plein scandale, Pierre-Jean Chalençon a reconnu auprès de l'AFP avoir affirmé que plusieurs ministres étaient venus dîner chez lui, mais assure que c'était de "l'humour". Le propriétaire du Palais Vivienne a plaidé qu'il faisait de "l'humour " et maniait " le sens de l'absurde", quand il avait assuré que des ministres participaient à de tels repas.

Dans un entretien diffusé début février sur YouTube, M. Chalençon déclarait son intention de créer un "club des gastronomes ", le "Vivienne's club", avec son "ami Christophe Leroy ", où il recevrait "deux fois par mois pour déjeuner ou dîner ". Dans cet article, on y apprend ainsi que Christophe Leroy serait devenu le chef de deux clubs privés: le sien (Leroy's Business Club), qui se tiendrait dans son appartement parisien, et donc celui de Pierre-Jean Chalençon (le Vivienne's Club).

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux.

Face à la question sur les publications Instagram ouvertes à la vue de tous, il préfère mettre fin à la conversation. L'homme disait, dans une vidéo de février, organiser des "déjeuners ou dîners" dans sa résidence.

"À la suite du reportage de M6, j'ai demandé au Préfet de police de Paris de vérifier l'exactitude des faits rapportés afin, s'ils sont vérifiés, de poursuivre les organisateurs et les participants de ces dîners clandestins", a déclaré sur Twitter le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Si ce dernier s'est depuis rétracté sur la présence de membres du gouvernement, l'affaire reste prise au sérieux par les autorités, et les séquences diffusées suffisamment éloquentes pour que le procureur de Paris ouvre dimanche une enquête pénale pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "travail dissimulé". Selon le ministère de l'Intérieur, si l'enquête confirme ces déclarations, les organisateurs et participants seront poursuivis. Pendant que Bruno Le Maire affirmait sur RTL que "Tous les ministres, sans exception, respectent la règle".

Lors d'une visite d'un centre de vaccination à Marcq-en-Baroeul (Nord), le locataire de Beauvau a précisé que "soit (ces faits) sont faux et il ne faut pas jeter l'opprobre évidemment, soit ils sont vrais et évidemment (.) les personnes doivent pouvoir être poursuivies et, j'imagine, condamnées pour avoir organisé de telles soirées".

En réponse, Gabriel Attal a fait savoir qu'il avait "découvert cet extrait ce (dimanche) soir sur Twitter avec beaucoup d'étonnement ". Il ne connaît pas M. Chalençon et n'a évidemment jamais participé à un quelconque dîner ou soirée. " Si des ministres ou des députés ont enfreint les règles, il faut qu'ils aient des amendes et qu'ils soient pénalisés, comme n'importe quel citoyen", a appuyé de son côté Marlène Schiappa, la ministre déléguée à la Citoyenneté, invitée du Grand rendez-vous Europe1-Les Echos-CNews.

Recommande: