"Des ministres" dans des restaurants clandestins ? Ce que répond le gouvernement

05 Avril, 2021, 05:06 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Dans un reportage de M6 un restaurateur affirme que des ministres et députés ont participé à des dîners clandestins

Dans l'enquête menée par les journalistes de M6, ces derniers, qui se sont infiltrés dans des soirées clandestines, ont rapporté la présence de certains ministres. Des plans tournés en caméra cachée dans un autre lieu, un "restaurant clandestin situé dans les beaux quartiers", selon M6, mettent en évidence des participants et des serveurs sans masques.

L'un des organisateurs interviewés par M6, et présenté comme "collectionneur", affirmait en voix off déguisée: "J'ai dîné cette semaine dans deux ou trois restaurants qui sont soi-disant des restos clandestins, avec un certain nombre de ministres". Alors ça me fait doucement rigoler. Le ministre de l'Intérieur a demandé dimanche au préfet de police de Paris de "vérifier l'exactitude des faits rapportés" par un reportage de M6 partagé des milliers de fois sur les réseaux sociaux depuis sa diffusion par la chaîne, vendredi. "On fait ce qu'on veut".

"Invitée du Grand rendez-vous Europe1/Les Échos/Cnews, Marlène Schiappa réagissait à ce reportage assurant que des ministres, non nommés, avaient participé à des dîners clandestins de luxe dans la capitale, au mépris des interdictions édictées pour freiner la propagation de la covid-19". Si ces faits sont "vérifiés", Gérald Darmanin appelle le préfet de police de Paris, Didier Lallement, à engager des poursuites contre les "organisateurs" et les "participants" de ces soirées, alors que les restaurateurs maintiennent leurs établissements fermés dans l'Hexagone depuis le 30 octobre dernier.

M. Chalençon, à travers un communiqué de son avocat adressé à l'AFP dimanche soir, a implicitement reconnu être cette source.

Le procureur de la République, Rémy Heitz, a annoncé dimanche en fin de journée avoir saisi "la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne d'une enquête des chefs de mise en danger d'autrui et de travail dissimulé", afin de "vérifier si des soirées ont été organisées en méconnaissance des règles sanitaires et de déterminer quels en ont été les éventuels organisateurs et participants".

"Il n'y a pas de passe-droit pour les ministres", a réagi quant à lui le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, au micro de RTL.

"Il y a des enquêtes journalistiques qui démontrent qu'il y a des restaurants clandestins, et il faut que toutes ces informations soient transmises aux forces de l'ordre pour qu'on puisse les faire fermer", a de son côté déclaré sur Europe 1 la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa.

" Tous les ministres, sans exception, respectent la règle, aucun n'estime avoir droit à quelque passe-droit que ce soit", a insisté M. Le Maire.

Recommande: