Pékin annonce des sanctions contre des personnalités américaines et canadiennes — Ouïghours

27 Mars, 2021, 21:43 | Auteur: Ruben Ruiz

La Chine juge ces rapports truffés de "fausses informations " et assure que les " camps " sont des " centres de formation professionnelle " destinés à apporter un emploi à la population afin de l'éloigner de l'extrémisme".

La décision de H & M et de Nike de ne plus s'approvisionner en coton dans la région du Xinjiang - celle-là même la minorité musulmane des Ouïghours est réprimée - a déclenché une violente polémique en Chine, alors que le gouvernement chinois réfute de plus en plus fermement les accusations de violation des droits humains dans cette région autonome du nord-ouest de la Chine.

L'Union européenne, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et le Canada ont imposé lundi des sanctions coordonnées contre des dirigeants passés ou actuels de la région du Xinjiang, où Pékin impose depuis quelques années une surveillance policière drastique, et Pékin a immédiatement riposté avec des sanctions contre des personn.

Les produits de la marque suédoise avaient été retirés mercredi des principaux sites de vente en ligne en Chine. Mais comme le montre une vidéo de France TV Chine, un panneau publicitaire de la marque a été démonté ce jeudi. La polémique a enflé le jeudi 26 mars avec l'annonce par plusieurs acteurs et chanteurs chinois qu'ils coupaient tout lien avec Nike, Adidas, Uniqlo, Converse ou encore Calvin Klein, dont ils ou elles étaient les ambassadeurs. "Diffuser des rumeurs et boycotter le coton du Xinjiang, tout en espérant gagner de l'argent en Chine?".

Signe d'une possible intervention de l'exécutif, c'est la Ligue de la jeunesse communiste, une organisation affiliée au parti au pouvoir, qui avait lancé les hostilités sur Weibo.

Interrogé sur le fait de savoir si Pékin orchestrait cette polémique, le ministère chinois des Affaires étrangères a démenti ce jeudi toute responsabilité.

"La communauté internationale doit, selon nous, s'opposer à ce que la Chine utilise la dépendance des entreprises privées envers ses marchés pour étouffer la liberté d'expression et entraver les pratiques commerciales éthiques", a déclaré Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, lors d'une conférence de presse. "Une chose est toutefois certaine: les Chinois n'autoriseront probablement pas des étrangers à profiter des largesses de la Chine tout en la critiquant".

La filiale chinoise du distributeur suédois a déclaré, dans un communiqué publié mercredi soir, que les exigences demandées à ses fournisseurs en matière de développement durable " ne représentent aucune position politique ". Le communiqué du groupe suédois datant de 2020 n'était par ailleurs plus visible jeudi sur son site internet (signe d'un possible retrait).

Sur Weibo, d'autres noms de marques ayant adopté des positions similaires contre le coton chinois circulaient jeudi: Zara, Gap, New Balance ou encore Fila, laissant entrevoir de potentielles conséquences sur leurs affaires.

Recommande: