La Corée du Nord a tiré deux missiles ce week-end

26 Mars, 2021, 02:56 | Auteur: Aubrey Nash
  • Portrait de Kim Jong-un qui parle derrière un lutrin

Le Pentagone a décliné une demande de commentaire sur ces tirs, rapportés en premier lieu par le Washington Post. Aucune déclaration publique n'est prévue à ce stade.

Alors qu'il est en train de peaufiner sa stratégie face à Pyongyang, il s'est dit prêt " à une certaine forme de diplomatie, mais soumise à la condition de la dénucléarisation ".

Ces tirs "ne sont pas sanctionnés par les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU contre le programme de missiles balistiques" de Pyongyang, avait précisé un responsable américain sous couvert de l'anonymat.

Mais des responsables américains avaient indiqué par la suite qu'il s'agissait de deux missiles de courte portée, non balistiques.

Le tir de jeudi a d'abord été annoncé à Séoul, où l'état-major interarmes sud-coréen a déclaré dans un communiqué que deux "projectiles non identifiés" avaient été lancés dans la mer du Japon, appelée "mer de l'Est" en Corée.

La Corée du Nord n'a pas effectué de test nucléaire ou de missile balistique intercontinental depuis 2017.

Les Européens ont fait écho à ces condamnations. "Le ministre britannique chargé de l'Asie Nigel Adams a dénoncé une " violation manifeste " des résolutions du Conseil de sécurité et appelé Pyongyang à " engager des négociations sérieuses avec les États-Unis ". La Corée du Nord reste campée sur sa position.

Le lancement intervient alors que la nouvelle administration américaine doit achever sa "revue " stratégique envers la Corée du Nord.

Bien que frappé par de multiples sanctions internationales, le pays reclus a rapidement développé ces dernières années ses capacités militaires sous la direction de Kim Jong-un, procédant à plusieurs essais nucléaires et testant avec succès des missiles balistiques capables d'atteindre les États-Unis.

"Ce soir, lorsqu'on lui a demandé de commenter les tirs et qu'on lui a demandé s'il s'agissait d'une provocation, Biden a répondu par la négative, en essayant de minimiser l'importance de l'incident: " Peu de choses ont changé", a-t-il déclaré à son retour à la Maison Blanche d'un visite en Ohio". Blinken et Austin avait pour objectif de discuter avec les alliés des Etats-Unis de questions de sécurité liées en particulier au potentiel de la Corée du Nord en matière d'armement nucléaire et de missiles à longue portée.

En réponse, Choe Son Hui, première vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, a sévèrement attaqué "le nouveau régime" en place aux Etats-Unis, sans jamais nommer le président Biden. Trump et Kim, puis à une extraordinaire lune de miel diplomatique marquée par les sommets historiques de Singapour et de Hanoï entre les deux dirigeants. Ce qui n'a pas plu à la Corée du Nord qui voyait en ces manœuvres une répétition d'invasion. Le sommet de Hanoï en février 2019 avait échoué sur la question de l'allègement des sanctions réclamé par Pyongyang en échange d'éventuelles mesures de désarmement. Depuis son entrée en fonction, l'administration Biden a tenté d'entrer en contact avec Pyongyang par différents canaux, en vain.

Recommande: