Covid-19 : AstraZeneca défend son vaccin après des essais rassurants

23 Mars, 2021, 11:47 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Le laboratoire Astra Zeneca défend son vaccin

La confiance des Européens dans le vaccin contre le Covid-19 a chuté ces deux dernières semaines, sur fond d'inquiétudes quant à d'éventuels effets secondaires, révèle une étude d'opinion YouGov publiée ce lundi 22 mars. Mais ils n'avaient pas convaincu la Food and Drug Administration (FDA), l'agence du médicament américaine.

Or, le vaccin AstraZeneca, sur lequel l'Europe compte pour atteindre ses objectifs de vaccination, est perçu comme plus dangereux que sûr en Allemagne, France, Espagne et Italie, selon une étude d'opinion réalisée entre le 12 et 18 mars.

À l'issue de cet examen spécifique, "le DSMB n'a constaté aucune augmentation du risque de thrombose ou d'événements caractérisés par une thrombose parmi les 21 583 participants ayant reçu au moins une dose du vaccin", indique AstraZeneca.

Jeudi, l'Agence européenne des médicaments (EMA) l'a pourtant jugé " sûr et efficace " et l'utilisation du vaccin a repris dans plusieurs pays, mais l'impact sur l'opinion publique s'est fait sentir, souligne l'institut YouGov.

La confiance dans la sûreté des vaccins de Pfizer et Moderna n'a, elle, pas changé. "Les vaccins arrivent, ils seront là", a martelé dimanche le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton. " C'est la dernière ligne droite, parce que nous savons que pour vaincre cette pandémie, une seule solution: se faire vacciner". Ils vont permettre à AstraZeneca de soumettre dans les prochains jours, une demande d'autorisation en urgence aux Etats-Unis, où 30 millions de doses ont déjà été produites et sont prêtes à être administrées, ces mêmes doses que Joe Biden n'a pas souhaité céder aux Européens en quête de stocks disponibles. La Commission européenne a menacé samedi de bloquer les exportations de ce vaccin si l'UE, qui a reçu moins de 10% des doses prévues pour l'année, ne recevait pas d'abord les approvisionnements promis.

En France, la méfiance envers le vaccin d'AstraZeneca s'est fortement accrue: 61% des 1022 personnes qui ont répondu jugent qu'il n'est pas sûr (+18 points par rapport à février), contre seulement 23% qui le jugent sûr. Nous essayons simplement de le faire respecter.

Ursula von der Leyen a rappelé que le contrat de l'UE avec AstraZeneca prévoyait la livraison de doses produites à la fois sur le territoire de l'UE et au Royaume-Uni.

Le vaccin AstraZeneca est notamment produit dans deux usines en Belgique et aux Pays-Bas. Deux pays qui ont appelé à la prudence sur un durcissement des exportations alors que d'autres États européens, comme la France, le soutiennent.

Le recours à ce vaccin est crucial au moment où s'accélère la troisième vague de la pandémie de Covid-19, notamment en Europe, où l'Allemagne envisage de nouvelles restrictions. Le gouvernement de Berlin doit prolonger, voire durcir les restrictions face à une troisième vague toujours plus virulente, au risque de nourrir la grogne déjà croissante dans l'opinion.

Recommande: