Les autorités sanitaires irlandaises recommandent de suspendre le vaccin AstraZeneca

15 Mars, 2021, 02:36 | Auteur: Lynn Cook
  • Vaccin Astra Zeneca

Au total, 7 pays ont suspendu ou retardé l'utilisation du vaccin anglo-suédois.

Le vaccin d'AstraZeneca est considéré moins coûteux et plus pratique par rapport aux vaccins de Pfizer/BioNTech et Moderna, vu la simplicité de son transport et stockage puisqu'il peut être conservé dans des réfrigérateurs, sans nécessiter des températures ultra-basses.

Le gouvernement néerlandais a décidé cette suspension par précaution, jusqu'au 28 mars inclus, après que des " effets secondaires possibles " ont été rapportés au Danemark et en Norvège avec le vaccin AstraZeneca, sans lien avéré à ce stade, selon le ministère de la Santé.

Le ministère irlandais de la Santé a indiqué dimanche que le Comité consultatif national sur la vaccination avait recommandé de suspendre temporairement l'utilisation du vaccin covid-19 d'AstraZeneca.

Les autorités irlandaises ont expliqué que cette recommandation a été faite en raison des rapports de l'Agence norvégienne des médicaments "de quatre nouveaux rapports d'épisodes graves de coagulation du sang chez des adultes après une vaccination" avec le médicament d'AstraZeneca.

La Norvège, qui a signalé samedi également des hémorragies cutanées chez des jeunes vaccinés, a suspendu le vaccin la semaine dernière en raison de craintes liées à la formation de caillots, comme le Danemark, l'Islande et la Bulgarie.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a, quant à elle, déclaré qu'il n'y avait "pas de raison de ne pas utiliser" le vaccin AstraZeneca et qu'aucun lien de cause à effet sur la formation de caillots sanguins n'avait pour l'instant été trouvé.

Une nouvelle déconvenue pour le laboratoire suédo-britannique déjà incapable de livrer les quantités promises dans l'Union européenne. AstraZeneca assure que son vaccin est sûr.

"Dans un communiqué dimanche, AstraZeneca a indiqué qu'après " examen attentif de toutes les données de sécurité disponibles sur plus de 17 millions de personnes vaccinées dans l'Union européenne et au Royaume-Uni " avec son vaccin " n'a apporté aucune preuve d'un risque accru d'embolie pulmonaire, thrombose veineuse profonde (TVP) ou de thrombocytopénie dans aucun groupe d'âge, de genre, de lot ou de pays particulier ". La Commission, qui a négocié les contrats de vaccins au nom de ses 27 de l'UE, table sur une montée en puissance au deuxième trimestre et vise 70 % d'Européens vaccinés d'ici la fin de l'été.

Recommande: