Une adolescente retrouvée morte noyée dans la Seine — Harcèlement scolaire

11 Mars, 2021, 14:08 | Auteur: Lynn Cook
  • Collégienne tuée dans le Val-d'Oise:

Une adolescente de 14 ans a été retrouvée sans vie dans la Seine, au niveau du quai Saint-Denis à Argenteuil (Val-d'Oise) ce lundi vers 20h45. La victime et ses deux agresseurs présumés (interpellés dans la nuit de lundi à mardi), fréquentaient au même lycée, l'établissement privé professionnel Cognacq-Jay. La victime aurait reçu de violents coups avant d'être poussée dans le fleuve. Ils ont ensuite été mis en examen pour assassinat, a annoncé le parquet de Pontoise dans la soirée ce mercredi. Gabriel Attal a qualifié d'"ignoble" et "absolument tragique" la mort de cette adolescente de 14 ans, en affirmant que cet acte ne resterait "pas impuni".

Âgés de 15 ans, ils encourent jusqu'à vingt ans de réclusion.

"Il s'agit manifestement d'un différend entre les deux filles autour du même jeune homme", a déclaré mardi soir à l'AFP une source proche de l'enquête, en déplorant une "sordide histoire entre collégiens". Le jeune garçon qui en est l'auteur a temporairement été exclu dans la foulée. Sur place, elle découvre un gant qui appartiendrait, selon elle, à la petite amie de son fils, avec une mèche de cheveux.

A son retour à son domicile, les deux adolescents avaient disparu. La police fluviale a récupéré la dépouille de la défunte.

À 21 h, le corps de l'adolescente est retrouvé, quai Saint-Denis.

Jenny Khalid, la mère d'Alish a parlé de sa fille en indiquant: "Elle n'a rien fait, ce n'était pas une personne qui faisait du mal. Pourquoi ils ont tué ma fille". "Aucune plainte ou main courante n'a été enregistrée à ce jour pour évoquer ces faits devant le commisariat d'Argenteuil". Les policiers ont rapidement fait le lien entre cette macabre découverte, et les déclarations de la mère de famille.

Les premières constatations indiquent que son corps portait des "traces de coups à la tête et au visage", avait déjà indiqué le parquet de Pontoise dans un communiqué, cité par franceinfo. Alisha aurait donc préféré la rencontrer le 8 mars, à la gare d'Argenteuil, sans se douter qu'il s'agissait d'un guet-apens. L'adresse avait été communiquée aux enquêteurs par la mère de l'adolescent de 15 ans.

Les deux adolescents soupçonnés d'être responsables du drame ont profité de l'absence de la mère du garçon pour s'enfuir.

Alisha était en couple avec un lycéen de 15 ans, au début de l'année scolaire. Tout serait parti d'insultes diffusées par cette dernière sur les réseaux sociaux. "Une photo de la victime en sous-vêtements a été piratée sur son compte Snapchat ", a expliqué le procureur. Sa petite amie a ensuite pris la relève en diffusant d'autres photos. Un conseil de discipline devait justement se tenir mardi, concernant le comportement de Théo.

Le mois dernier, la mère de la victime aurait signalé à l'établissement des faits de harcèlement sur sa fille, confie une source de l'Éducation nationale à franceinfo. Pour des raisons encore inconnues, l'adolescente a finalement décidé de se rétracter. "Ce sont des vidéos d'elle en sous-vêtements, je pense que c'est ça le motif qui a tout fait déraper", explique une des élèves du lycée. Elle s'était battue dans le lycée il y a une semaine.

Une lycéenne en Terminale raconte sous couvert de l'anonymat que la jeune fille interpellée "a +tourné+ dans les réseaux sociaux que (la victime, NDLR) était une pute".

" Elle n'est plus avec nous". Son fils venait de lui confesser avoir frappé la jeune fille et lui avait dit qu'elle était tombée dans le fleuve.

Recommande: