Un adolescent meurt dans une nouvelle rixe entre bandes rivales dans l'Essonne

26 Février, 2021, 14:07 | Auteur: Aubrey Nash
  • Au lendemain de la mort de deux adolescents dans des affrontements entre bandes rivales dans l’Essonne le professeur de criminologie Alain Bauer analyse sur Europe 1 ces drames qui s’inscrivent dans un contexte plus global de

Lundi, aux alentours de 15h, une violente altercation éclate entre une dizaine de jeunes de Dourdan et de Saint-Chéron "bien décidés à en découdre", selon Caroline Nisand qui a pris la parole mardi, aux abords du collège de cette petite ville de 5 000 habitants, située près d'Etampes, dans le sud de l'Essonne.

Certains étaient armés de couteaux, de bâtons et de béquilles. Une collégienne de 14 ans, scolarisée en 3ème à Dourdan, est morte après avoir reçu un coup de couteau. Le bilan est encore une fois lourd avec la mort d'un adolescent alors qu'un autre a été blessé à la gorge. Son pronostic vital "n'est plus engagé".

Une collégienne de 14 ans a été tuée lundi d'un coup de couteau dans le ventre lors d'une rixe à Saint-Chéron, dans l'Essonne, entre deux bandes rivales, a indiqué mardi le parquet d'Evry à l'AFP, une information confirmée à LCI. Ces suspects ont ensuite été placés en garde à vue. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est rendu sur place mardi soir. "L'un des mineurs a reconnu son implication dans le coup mortel porté à la victime", a précisé la procureure.

Selon une source policière, les six jeunes interpellés après les faits ont 17 ans et celui qui s'est rendu à la police en se présentant comme l'auteur du coup mortel est âgé de 15 ans.

Le parquet d'Évry déplore la violence des bandes qui "gangrène" tout le département et qui touche en premier lieu les mineurs. Une trentaine de policiers et gendarmes ont par ailleurs été appelés en renfort pour sécuriser la commune de Boussy-Saint-Antoine. "En gravité, parce qu'avant ces deux décès (.), il y en avait eu deux à l'été 2020 à Massy et à Draveil", a poursuivi le représentant de l'Etat dans le département.

"On est dans des phénomènes organisés et en progression qui peuvent se déclencher très vite, sans qu'on puisse en connaître les raisons." a évoqué le préfet du département Eric Jalon au micro de FranceInfo ce mercredi 24 février. "Ils utilisent des armes simples ".

Recommande: