Facebook interdit le partage d’articles de presse en Australie

20 Février, 2021, 10:04 | Auteur: Sue Barrett
  • Facebook a bloqué les pages officielles des médias australiens ce jeudi

En Australie, le réseau social interdit le partage et la consultation d'articles de presse.

Avec les modifications apportées par Facebook, les pages des groupes de presse sur le réseau social étaient entièrement vides jeudi matin et les publications d'utilisateurs contenant des liens vers les contenus des médias avaient été supprimées. Il estime que " ces mesures sont inutiles et vont nuire à sa réputation ici en Australie ". Une mesure de représailles par le géant américain face à un projet de loi visant à contraindre les plateformes à rémunérer les médias.

Ce projet a été adopté la semaine dernière par la Chambre des représentants et est désormais devant le Sénat.

"Ce que les événements d'aujourd'hui confirment pour tous les Australiens, c'est la position dominante de ces géants dans notre économie et le paysage numérique", a-t-il ajouté, quelques heures seulement après qu'il eut affirmé, sur Twitter, avoir eu une "discussion constructive " avec le PDG de Facebook Mark Zuckerberg.

Le ministre australien des Finances Josh Frydenberg lors de sa prestation de serment au siège du gouvernement à Canberra, le 29 mai 2019.

Comme on peut s'en douter, cette décision a été fermement contestée par le gouvernement australien qui l'a qualifié " d'autoritaire ". Couper l'accès à des informations vitales dans un pays tout entier en plein milieu de la nuit est inadmissible.

La page Facebook du groupe public ABC, qui fait office de source centrale d'information pendant les catastrophes naturelles, était vide, de même que plusieurs comptes gouvernementaux - dont ceux donnant des conseils face à la crise sanitaire du coronavirus et aux feux de forêt estivaux.

Cette mesure drastique a fait d'importants dommages collatéraux. Ce blocage s'applique aux utilisateurs et aux éditeurs de presse, avec des contenus d'actualité australiens et internationaux.

" Elle nous place devant un choix difficile: tenter de nous conformer à une loi qui ignore les réalités de cette relation ou cesser d'autoriser les contenus d'actualité sur nos services en Australie. Avec le cœur lourd, nous avons choisi cette dernière". Le moteur de recherche a d'ailleurs récemment passé des accords du même type avec de nombreux titres français. Dernier en date, le groupe News Corp de Robert Murdoch, propriétaire notamment des deux tiers des principaux journaux australiens, a annoncé mercredi un accord prévoyant que Google lui verse des "paiements significatifs" en échange de contenus.

Les Australiens se sont retrouvés privés, dans la matinée du jeudi 18 février, des pages Facebook de leurs médias locaux!

Recommande: