Coronavirus: Israël livre 2.000 vaccins à la Palestine

03 Février, 2021, 20:26 | Auteur: Lynn Cook
  • Un médecin tient le flacon du vaccin russe Spoutnik V contre Covid-19

Israël est l'un des leaders mondiaux de la vaccination de sa population après avoir conclu des accords d'achat avec les géants internationaux de la drogue Pfizer et Moderna.

L'Autorité palestinienne recevra un " premier lot de 50.000 vaccins, provenant de plusieurs sources dont la plus importante est Covax et, par conséquent, la vaccination commencera au milieu de ce mois", a affirmé Shtayyeh avant la réunion hebdomadaire de son gouvernement à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Cette décision intervient après que des fonctionnaires des Nations Unies et des groupes de défense des droits de l'homme eurent exhorté Israël à fournir des vaccins aux Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza.

Pourquoi c'est compliqué. En attendant, le vaccin russe Sputnik V, qui devrait apporter 5'000 doses supplémentaires, tarde à arriver.

"Ces 5 000 doses (israéliennes) ne nous aideront pas, elles ne permettront (d'immuniser) que 2 500 personnes".

Un haut responsable palestinien a estimé auprès de l'AFP qu'il s'agissait tout au plus d'un " geste symbolique ".

Au cours des dernières semaines, l'Autorité palestinienne avait demandé à l'Etat hébreu de vacciner les milliers de prisonniers palestiniens écroués en Israël et déploré ne pas avoir reçu quantité de vaccins de la part d'Israël.

Le nouveau coordinateur de l'ONU pour le Proche-Orient, Tor Wennesland, avait appelé la semaine dernière Israël à faciliter la vaccination des Palestiniens contre le Covid-19, évoquant les " obligations d'Israël en vertu du droit international ".

L'État hébreu, qui n'a pas précisé les raisons pour lesquelles il allait fournir 5 000 vaccins à l'Autorité palestinienne, vaccine déjà les Palestiniens de Jérusalem-Est, partie orientale de la ville sainte qu'il a annexée en 1967. Le médicament sera utilisé pour vacciner le personnel médical de première ligne, indique le communiqué, sans plus de détails.

Israël a cité les accords d'Oslo des années 90, qui donnent à l'Autorité palestinienne une surveillance de la santé publique, pour faire valoir qu'il n'a aucune obligation de protéger les Palestiniens de Covid-19.

Mais les deux parties sont néanmoins "obligées de coopérer et d'échanger des informations", assure M. Baker, aujourd'hui chercheur au Jerusalem center for public affairs (JCPA), un centre d'analyse.

Le ministère palestinien de la Santé a officiellement recensé environ 108 300 personnes contaminées par le virus dont 1 325 décès, en Cisjordanie, où vivent 2,8 millions de Palestiniens.

Recommande: