Ahmad Ahmad reprend ses fonctions de président — CAF

02 Février, 2021, 04:02 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Une décision de justice rétablit Ahmad en tant que président de la Caf

Le premier a été recalé parce qu'il fait l'objet "d'une enquête formelle en cours par la commission d'éthique de la FIFA ", et le second pour avoir omis de "signaler des sanctions imposées par la CAF et la Ligue de football professionnel d'Algérie ".

La juridiction sportive a "mis en œuvre une procédure accélérée et rendra son verdict final sur le fond du dossier avant le 12 mars", jour des élections à la présidence de la CAF, a-t-on appris.

En clair, la suspension d'Ahmad se trouve... suspendue pour le moment. En novembre, la commission d'éthique de la FIFA a privé pour cinq ans Ahmad Ahmad de "toute activité relative au football ", nationale ou internationale, et l'avait condamné à 200 000 francs suisses (185 000 euros) d'amende.

A noter que le dirigeant malgache de 60 ans, à la tête du football africain depuis mars 2017 en remplacement du Camerounais Issa Hayatou, avait déjà été placé en garde-à-vue pour des soupçons de corruption en juin 2019 à Paris. Des élections auxquelles Ahmad Ahmad, rétabli dans sa fonction de président, pourra peut-être prendre part. "Il a pris acte de la décision du TAS ", indique l'instance sur son site internet. "La commission est en train de faire son travail, l'essentiel est de savoir si ce travail est fait correctement et honnêtement".

"Donc, pendant qu'elle instruit l'affaire, Ahmad doit pouvoir bénéficier de ce principe à la disposition de tous les accusés au monde: la présomption d'innocence", insiste l'enseignant de droit à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD). Puisque la formation arbitrale n'a pas remis en cause la décision de la FIFA qui a rejeté sa candidature pour la présidence de la CAF en raison de sa suspension. Je vais réagir, je vous le confirme. Je ne sais pas...

Ahmad n'est toujours pas éligible aux élections à la présidence de la Caf en mars, car la décision du Tas est intervenue après que le Comité de gouvernance du Caf et le Comité d'examen de la Fifa se soient réunis plus tôt cette semaine pour discuter de l'éligibilité des candidats. Il s'agit essentiellement pour le président de la FAF de sauver son honneur, car sur le terrain les carottes semblent bien cuites pour le candidat algérien.

Recommande: