Lancement de la campagne de vaccination avec l'ouverture des rendez-vous — Maroc

27 Janvier, 2021, 23:32 | Auteur: Jonathan Ford
  • Vaccins au Maroc: ce qu’il faut savoir (photos)

Quant au Royaume chérifien, il devait entamer sa campagne de vaccination au cours de la première semaine de février.

Le ministère a mobilisé 13 camions frigorifiques pour transférer les vaccins du groupe frigorifique autonome de Casablanca vers les centres de vaccination désignés.

Quant aux dirigeants algériens, des chibanis (vieux croulants), ils font toujours du sur place et n'ont pas reçu la moindre dose de vaccin contre la COVID-19 et font croire à leur population qu'ils seront les premiers africains à se faire livrer le précieux antidote. Fièrement, le chef de gouvernement en a fait l'annonce dès le matin, sur son compte Twitter.

Après avoir reçu vendredi dernier 2 millions de doses du Covishield, le vaccin développé par AstraZeneca et l'université d'Oxford, le Maroc recevra une deuxième cargaison du vaccin chinois, développé par Sinopharm, qui devrait arriver demain mercredi 27 janvier, a rapporté l'agence de presse MAP.

Dans ce même contexte, les prises de rendez-vous pour la vaccination contre la COVID-19 ont déjà commencé au Maroc, et ce depuis le dimanche 24 janvier 2021.

Si aucune date n'a été officiellement communiquée pour les premières vaccinations, une campagne de sensibilisation sur le thème "Je me protège, je protège mon pays" avait été lancée dès le 22 janvier par le ministère de la Santé qui espère immuniser quelque 25 millions d'adultes. Qui est-elle? À qui la priorité sera-t-elle donnée? Toutes ces informations sont disponibles sur www.liqahcorona.ma. Un numéro vert a également été lancé pour informer le grand public sur cette campagne de vaccination: 0800 000 147.

Selon le ministère, la campagne nationale de vaccination devra cibler, de façon progressive, les personnes les plus exposées à l'infection, à savoir les personnes âgées de 75 ans et plus, les professionnels de la santé (40 ans et plus), les autorités publiques, les militaires et les enseignants (à partir de 45 ans). Depuis le début de la pandémie, plus de 200 médecins ont été tués par le Covid-19, sans parler du reste du personnel soignant.

Recommande: