Des républicains dénoncent un procès stupide — Procédure contre Trump

25 Janvier, 2021, 16:28 | Auteur: Lynn Cook
  • USA

A la veille de la transmission de l'acte d'accusation au Sénat, plusieurs sénateurs républicains comme Marco Rubio ont trouvé "ce procès stupide".

"Avec sa mise en accusation pour " incitation à l'insurrection " votée à la Chambre des représentants le 13 janvier, le républicain est devenu le premier président des États-Unis à tomber deux fois sous le coup d'un " impeachment ".

"Nos procureurs sont prêts à défendre leur dossier devant les 100 sénateurs qui serviront de juges pendant le procès", avait ensuite confirmé Mme Pelosi dans un communiqué.

Vers 19 h, les procureurs démocrates de la Chambre traverseront les longs couloirs ornés de tableaux et statues qui les séparent du Sénat pour aller présenter l'acte d'accusation du 45e président des États-Unis.

L'ouverture formelle de ce procès sera marquée lundi soir par une cérémonie solennelle.

Le chef de la nouvelle majorité démocrate au Sénat américain, Chuck Schumer, l'a fait savoir ce vendredi.

Ce dernier avait précisément suggéré d'attendre la mi-février pour entamer les débats. "Ne vous trompez pas, il y aura un procès au Sénat des Etats-Unis et un vote sur la culpabilité du président", a-t-il déclaré. "La mise en accusation par la Chambre a été plus rapide et minimaliste que jamais, l'étape suivante ne peut pas être un procès insuffisant au Sénat", avait-il déclaré.

L'habile stratège avait même souligné qu'il était dans l'intérêt de la nouvelle administration d'attendre. " Je pense qu'en ce moment, Donald Trump n'est plus le président, il est l'ancien président ", a déclaré Rounds, indiquant qu'il ne pensait pas que la destitution d'un ancien président soit constitutionnellement viable.

Mais ils auront besoin des deux tiers du Sénat pour condamner Donald Trump, soit 17 voix républicaines si l'ensemble des démocrates votent pour. Cinq personnes sont mortes pendant cette attaque.

Il avait déjà été renvoyé en procès à la fin 2019 pour avoir demandé à l'Ukraine d'enquêter sur le fils de Joe Biden.

Cette fois, certains élus républicains se sont montrés très critiques. Un nombre qui semble aujourd'hui difficile à atteindre, même si leur puissant chef, Mitch McConnell, a indiqué qu'il n'excluait pas de voter pour sa condamnation.

Sur fond d'appels au rassemblement lancés par le nouveau président démocrate Joe Biden, plusieurs ténors républicains mettaient ainsi en garde contre les " divisions " que risquerait de creuser encore un tel procès historique.

Quelques jours après l'arrivée à la Maison-Blanche de Joe Biden, et la perte de sa majorité au Sénat, le parti est profondément divisé entre une base nationaliste et populaire qui reste acquise à Trump et un appareil plus conservateur qui cherche à prendre ses distances avec l'ancien président.

Recommande: