Un médicament réduit le risque de complications liées au Covid

24 Janvier, 2021, 15:20 | Auteur: Jonathan Ford
  • Colchicine C’est le pas le plus important qu’on ait fait dans le traitement du Covid-19 depuis le début selon Yves Van Laethem

"Nous sommes heureux d'offrir le premier médicament oral au monde dont l'utilisation pourrait avoir une incidence importante sur la santé publique et potentiellement prévenir les complications du Covid-19 chez des millions de patients", a déclaré le Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l'ICM et chercheur principal de l'étude COLCORONA.

En effet, les conclusions de l'étude, nommée COLCORONA, ont établi que la colchicine a pu réduire de 21 % le risque de décès ou d'hospitalisation pour 4488 patients atteints du virus.

Selon une étude réalisée par l'Institut de cardiologie de Montréal (ICM), la colchicine est efficace pour prévenir les complications liées au virus du Covid-19, notamment les hospitalisations, les intubations et les décès. Utilisé en cardiologie comme anti-inflammatoire, la Colchicine sera donc sûrement utilisée sur les cas à risque si les autorités valident ce traitement. Concernant ces patients, les chiffres révélés par l'étude sont particulièrement prometteurs: la colchicine a entraîné des réductions des hospitalisations de 25%, du besoin de ventilation mécanique de 50%, et des décès de 44%.

D'après le professeur et chercheur, la prescription de la colchicine aux patients pourrait rapidement contribuer à atténuer les problèmes d'engorgement des hôpitaux et de réduire les coûts liés aux systèmes de santé des gouvernements, ici comme ailleurs. Il devrait être leur premier espoir pour ceux ayant contracté la maladie et qui anticipent des complications.

"La colchicine, c'est vieux comme le monde, on traite la goutte avec ça depuis des centaines d'années, alors elle est disponible en pharmacie, alors n'importe quel médecin demain qui lit ça, peut tout à fait décider d'en prescrire s'il le veut".

Pour le docteur Jean-Claude Tardif, le meneur l'étude, c'est une "découverte scientifique majeure " et la colchicine est le premier "médicament oral efficace pour traiter les patients non hospitalisés ".

"C'était une étude à double insu, c'est-à-dire que ni le patient, ni l'équipe qui gérait l'étude incluant moi, ne savaient si le patient prenait le placebo ou le médicament, il y a avait juste un groupe, indépendant de nous, qui était au courant", a précisé Jean-Claude Tardif à La Presse Canadienne. Elle a été déployée au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Amérique du Sud ainsi qu'en Afrique du Sud.

"On est très fier du travail accompli, c'est un résultat cliniquement convaincant" a ajouté celui qui dit avoir assemblé "une équipe spectaculaire de partout au Québec dans laquelle il y avait des microbiologistes, des Intensivistes, des statisticiens, des informaticiens et des épidémiologistes".

Recommande: