Les remontées mécaniques n'ouvriront pas le 1er février, confirme le gouvernement — Montagne

20 Janvier, 2021, 20:55 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Remontées mécaniques fermées : les stations de ski béarnaises ne se font plus d’illusions

L'espoir d'une éclaircie s'éloigne sur le front de la montagne. Le Conseil de défense organisé mercredi devrait étudier la question d'une éventuelle réouverture des stations de ski, espérée ardemment par le secteur mais rendue très hypothétique par un possible rebond de l'épidémie en France dans les semaines à venir.

Le verdict devait être annoncé jeudi 21 janvier par le gouvernement, qui planche également sur les perspectives qui attendent les restaurateurs et les établissements culturels.

"Une réouverture mi ou fin février paraît hautement improbable" affirme Jean-Baptiste Lemoyne.

"Les canons à neige risquent d'être muets, ça veut dire que les canons à indemnisations doivent être au rendez-vous", a précisé le secrétaire d'Etat. L'ouverture des remontées mécaniques pour les vacances de février n'a toujours pas été annoncée, mardi 19 janvier, et les commerçants désespèrent de pouvoir écouler des stocks entassés depuis des mois. Plusieurs milliers d'heures de travail seront possiblement réduites à néant. "On peut estimer qu'une saison ratée, c'est plus de 250 millions d'euros, et plus de 4 000 emplois impactés", conclut Patrick Arnaud, le directeur du domaine skiable.

"Les acteurs de la montagne ont convenu que même s'il y avait un petit bout de saison en mars ou avril les conditions seraient tellement dégradées qu'on s'oriente donc vers une saison blanche", a-t-il ajouté. Faute de remontées mécaniques, les taux d'occupation des stations de ski se sont déjà effondrés à "20 ou 30%" au maximum, "contre 95% d'ordinaire" lors des vacances de Noël qui devaient marquer le démarrage de la saison, souligne Jean-Baptiste Lemoyne. "Quand le président avait annoncé la fermeture des stations de sports d'hiver, il avait bien conditionné leur réouverture à une baisse de la diffusion du virus, avec moins de 5.000 contaminations par jour". Or, on n'y est pas du tout.

Devant l'ampleur des enjeux, les appels à la réouverture se sont multipliés.

Le Premier ministre Jean Castex recevra dans les jours qui viennent les acteurs de la montagne afin de "finaliser les mesures de soutien économique".

Recommande: