Rapprochement Carrefour Couche-Tard : les discussions "interompues", partenariats opérationnels à l’étude

17 Janvier, 2021, 00:44 | Auteur: Aubrey Nash
  • Couche-Tard/Carrefour: Trudeau s'abstient de commenter pendant les discussions

Le français Carrefour et le canadien Couche-Tard ont annoncé samedi avoir "interrompu" leurs discussions sur un "rapprochement amical", après le veto du gouvernement français, mais "ont décidé de prolonger leurs discussions pour examiner des opportunités de partenariats opérationnels".

"Construire des partenariats innovants est un point clef de la stratégie de transformation de Carrefour", souligne le PDG de ce groupe, Alexandre Bompard, dans le communiqué. Mais, "au vu des récents événements, ces discussions sont interrompues". Motif: "la sécurité alimentaire n'a pas de prix", comme l'a déclaré Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, vendredi sur BFMTV et RMC.

Pour s'opposer à ce rachat, le gouvernement peut s'appuyer sur la réglementation sur le contrôle des investissements étrangers, qui lui permet de bloquer des opérations de rachat dans l'industrie agro-alimentaire.

Joints par l'AFP, ni Couche-Tard ni Carrefour n'ont confirmé l'information ce vendredi soir.

Parmi les domaines de coopération envisagés, présentés dans un communiqué commun, "le partage de bonnes pratiques dans la distribution de carburant", "le développement d'achats en commun", le "partage d'expertise et le lancement d'innovations pour améliorer l'expérience client", ou encore "l'optimisation de la distribution de produits sur les géographies communes aux deux groupes".

Jeudi, La Presse rapportait que l'intérêt de Couche-Tard envers le géant français semblait créer une certaine angoisse chez les investisseurs.

Son entreprise a toutefois vu son cours de Bourse dévisser d'environ 10% depuis l'annonce de discussions, les analystes se montrant dubitatifs quant à la "création de valeur" d'un rapprochement entre deux groupes très différents, un champion du format petite taille réalisant 70% de son chiffre d'affaires par la vente d'essence d'une part, un géant des grandes surfaces d'autre part.

"Notre rôle comme gouvernement, c'est de toujours être là pour soutenir les entreprises canadiennes, y compris lorsqu'elles regardent pour prendre de l'expansion dans le monde", a-t-il cependant ajouté. La décision de mettre fin aux négociations entre les deux groupes a été prise alors que le fondateur de Couche-Tard, Alain Bouchard, avait fait le déplacement à Paris pour offrir des assurances au gouvernement français.

Recommande: