Les joueurs sont réticents à négocier des baisses de salaires — Football

15 Janvier, 2021, 17:45 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Football. L’UNFP invite les joueurs de Ligue 1 et Ligue 2 à baisser leurs salaires

Pour sauver le football français d'une crise sans précédent, accentuée par l'affaire LFP/Mediapro, le syndicat des footballeurs professionnels " invite les joueurs à discuter rapidement avec leurs clubs pour envisager les modalités de réduction de leurs rémunérations", cela " pour faire en sorte que la saison 2020/2021 aille à son terme", indique la Ligue.

Selon L'Equipe, une réunion doit avoir lieu demain mercredi au siège de la ligue entre Jean-Pierre Caillot (Reims), Jean-Michel Aulas (OL), Marc Keller (Strasbourg), Loïc Féry (Lorient) et Christian Leca (Ajaccio) en tant que représentants des clubs professionnels, l'Union Nationale des Footballeurs Professionnels (l'UNFP, le syndicat des joueurs), et probablement le président de la LFP Vincent Labrune et son directeur général Arnaud Rouger. Il y a ensuite eu un communiqué pour inviter les joueurs à parler de la baisse de leurs salaires avec leurs clubs.

"En parallèle, les parties se réuniront de nouveau pour envisager des mesures structurelles afin de participer à une réforme plus globale du football professionnel (format des compétitions, limitation des effectifs, redevances, formation, etc...)." a communiqué la LFP. On n'annoncera pas dès ce mardi soir que les salaires vont baisser de 30%. " C'était impossible d'écrire dans le marbre un pourcentage ", a-t-il détaillé auprès de l'AFP.

"Spécialiste des questions économiques dans le sport, Pierre Rondeau, invité de la matinale sur RMC, dresse un constat alarmant sur la situation des clubs professionnels français".

Les stars Neymar, Kylian Mbappé ou encore Memphis Depay consentiront-elles à un geste? "On mérite notre salaire tous les jours et on ne nous a encore rien demandé, donc je ne peux pas avoir un avis sur le sujet", a évacué le gardien du PSG à la veille d'affronter l'OM lors du Trophée des champions. Aujourd'hui, on ne sait pas de quoi il s'agit.

Recommande: