Covid-19 : quatre questions sur le retard de livraison du vaccin Pfizer/BioNTech

15 Janvier, 2021, 23:57 | Auteur: Jonathan Ford
  • Vaccination contre le Covid-19 au musée de la planification urbaine à Pékin le 15 janvier 2021

Par ailleurs, le gouvernement a annoncé ce vendredi 15 janvier qu'il travaillait avec le groupe Sanofi pour faire en sorte que le groupe pharmaceutique utilise ses chaînes de production afin de produire des vaccins de Pfizer-BioNtech et Janssen. L'Allemagne a évoqué une période de "trois à quatre semaines".

L'Agence fédérale des médicaments (AFMPS) et la Commission européenne ont pris immédiatement contact avec Pfizer, a indiqué M. Ramaekers. Le patron de Pfizer "est personnellement impliqué pour réduire cette période de retards et s'assurer que ces délais seront rattrapés aussi vite que possible". Le vaccin du laboratoire américain est le deuxième à être autorisé en Europe après celui de Pfizer-BioNtech.

Plus tôt dans la journée, la Norvège avait annoncé qu'elle avait été avertie par Pfizer d'une réduction temporaire des livraisons. Le laboratoire s'est néanmoins engagé à bien livrer tout ce qui devait être livré au premier trimestre, a annoncé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. "Il n'est pour l'instant pas clair combien de temps précisément cela va prendre avant que Pfizer renoue avec une capacité de production maximale, qui sera portée de 1,3 à 2 milliards de doses" par an, a-t-il ajouté.

Les modifications à effectuer dans la structure de production "nécessitent des approbations réglementaires supplémentaires" et il pourra y avoir en conséquence "des fluctuations dans les calendriers de commandes et de livraisons dans l'usine de Puurs (en Belgique, NDLR) dans un avenir proche pour nous permettre d'augmenter rapidement les volumes de production", est-il ajouté. La France s'attend à "une forte baisse" des livraisons.

Pfizer accuse des retards temporaires de ses livraisons de vaccin en Europe
Vaccination : Pfizer annonce des retards de livraison pour l’Union européenne dans les semaines à venir

Ce vendredi, les ministres de la Santé de six pays de l'Union européenne (Danemark, Estonie, Finlande, Lituanie, Lettonie et Suède) ont exprimé, dans une lettre commune à la Commission, leur " sérieuse préoccupation " quant à ces retards de livraison.

Ces contre-temps, qui ont déclenché le courroux de plusieurs pays européens, n'affecteront pas les Etats-Unis, a précisé le laboratoire américain. Le FHI dit désormais s'attendre à ne recevoir la semaine prochaine que 36.075 doses contre 43.875 escomptées auparavant, soit une baisse de 17,8% pour le royaume scandinave.

S'il n'est pas membre de l'Union européenne, le pays nordique y est étroitement associé dans de nombreux domaines, y compris dans le cadre de l'achat de vaccins anti-Covid négocié par Bruxelles. Ils dénoncent une situation "inacceptable" portant préjudice à la "crédibilité du processus de vaccination". "Les gouvernements ont la responsabilité de protéger leur population, mais le "vaccinationalisme" est voué à l'échec et ne fera que retarder un relèvement à l'échelle mondiale", prévient-il en affirmant: "On ne viendra pas à bout du Covid-19 si chaque pays agit de son côté".

Recommande: