Swissmedic autorise le vaccin de Moderna — Coronavirus

13 Janvier, 2021, 05:23 | Auteur: Aubrey Nash
  • Livraison du vaccin Moderna dans le Grand Est et à Metz (Covid-19)

La Food and Drug Administration (FDA) a en effet insisté dans un avis publié le 4 janvier pour rappeler que "sans données appropriées soutenant des changements dans l'administration des vaccins, nous courons un risque important de mettre la santé publique en danger, sapant les efforts de vaccination historiques pour protéger la population contre la Covid-19 (.) Nous continuons de recommander vivement aux fournisseurs de soins de santé de suivre le calendrier de dosage autorisé par la FDA ".

Quant au vaccin de Moderna, il doit être conservé à -20°C et celui de Pfizer à -70°C.

Alors que la campagne vaccinale contre le Covid-19 est lancée en France, l'Académie de médecine recommande dans un communiqué publié lundi de se "conformer autant que possible au schéma vaccinal prescrit par le fabricant" concernant le délai à respecter entre les deux injections, soit 21 jours pour Pfizer/BioNTech et 28 jours pour Moderna. Les médecins de famille ou les pharmacies pourrait donc être amenés à vacciner. En France, Olivier Véran a proposé jusqu'à 42 jours d'écart. Le lendemain de son autorisation, 200'000 doses seront disponibles. Il souligne que le délai peut être "élargi" s'il n'y a pas "de risque majeur, jusqu'à deux ou trois semaines".

Les vaccins seront livrés à un point central décidé avec chaque État, à partir duquel les autorités du pays coordonneront la distribution à l'échelle nationale. "Il faut un cadre strict, il ne faut certainement pas aller au-delà de six semaines et être vigilant sur cette question".

Prenons l'exemple de l'immunité contre le vaccin COVID-19 de Moderna Inc. Cela aurait-il été une raison pour ne pas vacciner? Un vaccin en passe d'être inoculé en Suisse. D'autres spécialistes ont par ailleurs évoqué les conséquences potentiellement délétères sur l'opinion d'une telle mesure.

L'agence du médicament Swissmedic a indiqué que le vaccin avait démontré une "forte efficacité " et qu'il pouvait être déployé immédiatement dans le plan de vaccination du pays.

Mais une chose est primordiale, les vaccins doivent se révéler sûrs et efficaces dans les essais de phase III à grande échelle.

Intervenant devant la Commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale ce mardi 12 janvier, le ministre de la Santé a relevé un cas d'effet indésirable au vaccin de Pfizer et BioNtech sur les 138.000 Français ayant déjà reçu la première dose.

Recommande: