Quand Ouyahia vendait des lingots d’or au marché noir

10 Janvier, 2021, 07:10 | Auteur: Lynn Cook
  • Ouverture du procès en appel d'Ouyahia et Sellal à la Cour d'Alger

Les déclarations d'Ahmed Ouyahia ont été faites lors du procès en appel dans les deux dossiers de montage automobile et de financement occulte de la campagne électorale du 5e mandat du candidat à la Présidentielle d'avril 2019, Abdelaziz Bouteflika, qui s'est ouvert ce samedi à la Cour de justice d'Alger.

Interrogé par le juge sur l'origine de près de 70 milliards de centimes découverts dans ses comptes bancaires et postaux, Ouyahia a révélé que des dizaines d'émirs des pays du Golfe venaient au sud de l'Algérie et offraient des cadeaux aux responsables algériens en contrepartie d'autorisations de chasse, rapporte le journal El Bilad.

Ce procès en appel intervient après l'acceptation de la Cour suprême du pourvoi en cassation, interjeté par la défense.

Au premier jour de ce troisième procès, Ahmed Oyahia a fait un incroyable aveu.

Selon ce média, il s'agit de 60 lingots revendus pour une valeur totale de 350 millions de dinars. Ce procès s'est ouvert, ce samedi, en présence des accusés: Ahmed Ouyahia, Abdelmalek Sellal, les trois anciens ministres de l'Industrie, Youcef Yousfi, Mahdjoub Bedda et Abdesselam Bouchouareb et le ministre des Transports et des Travaux publics, Abdelghani Zaâlane.

Les propriétaires des usines de montage, Hassane Larbaoui et Mohamed Bairi, et l'ancien président du Forum des chefs d'entreprises (FCE), Ali Haddad sont aussi concernés par ce dossier.

Recommande: