Crash des 737 MAX : Boeing va payer 2,5 milliards de dollars

10 Janvier, 2021, 02:33 | Auteur: Lynn Cook
  • L'accord avec le département de la justice américaine inclut le versement d'une amende pénale de 243,6 millions de dollars

Les 2,5 Md$ qu'a accepté de payer Boeing se décomposent en une amende pénale de 234,6 M$ et en une indemnisation globale de 1,77 Md$ pour les compagnies aériennes dont les 737MAX sont cloués au sol depuis 20 mois.

La compagnie canadienne souhaite remettre en service sa flotte de Boeing 737 Max dès le 21 janvier prochain.

Selon les termes de l'accord, Boeing a accepté de continuer à coopérer avec les autorités pour toutes les enquêtes en cours ou à venir. Les employés de Boeing ont choisi la voie du profit plutôt que celle de la franchise en dissimulant des informations importantes à la FAA concernant l'exploitation de son avion 737 Max et en s'engageant dans un effort pour dissimuler leur tromperie.

L'accord auquel sont parvenues les autorités et l'entreprise permet de "tenir Boeing responsable de la faute criminelle de ses employés, règle le problème de l'impact financier sur les compagnies aériennes clientes de Boeing et, espérons-le, fournira une certaine forme de réparation aux familles et aux proches des victimes de l'accident", a-t-il ajouté.

L'accord avec le DoJ est basé " sur le comportement de deux anciens employés de Boeing et sur leur omission intentionnelle d'informer le FAA Aircraft Evaluation Group (AEG), le groupe au sein de la FAA chargé de déterminer la formation des pilotes, des modifications apportées au système d'augmentation des caractéristiques de manœuvre (MCAS). La semaine dernière, American Airlines est devenue le premier transporteur américain à reprendre les vols à bord de l'avion après que la FAA ait levé son échouement en novembre, à condition que Boeing ou les compagnies aériennes apportent certaines modifications à l'avion. Les documents émis par la suite par l'agence de l'aviation ne contenaient en conséquence pas des informations essentielles sur ce logiciel, qui n'ont donc pas été incluses dans les manuels des compagnies.

Néanmoins, Boeing fait encore face à certaines contraintes. Le constructeur a été reconnu coupable de " conduite frauduleuse et trompeuse de ses employés " et a été accusé de complot en vue de commettre une fraude pour ne pas avoir fourni tous les documents nécessaires pour l'approbation du 737 MAX, conduisant aux accidents de 2018 et 2019. Dans le cas de Boeing, les accusations seront rejetées au bout de trois ans si Boeing respecte l'accord.

L'annonce de l'accord par Boeing s'est accompagnée d'un " dépôt 8-K auprès de la Securities and Exchange Commission, qui indiquait que la société avait imputé 743,6 millions de dollars aux résultats en relation avec ses engagements en vertu de l'accord ".

"Il sagit dun règlement substantiel dune question très sérieuse, et je suis fermement convaincu que la conclusion de cette résolution est la bonne chose à faire pour nous – une mesure qui reconnaît de manière appropriée à quel point nous navons pas répondu à nos valeurs et à nos attentes", a déclaré Dave Calhoun, le PDG du constructeur, dans une note aux employés de Boeing.

Certaines familles de victimes ne prévoient par ailleurs pas d'abandonner leurs poursuites, a indiqué un représentant de leur avocat à l'AFP.

Recommande: