Cette fois, c'est signé et fini — Brexit

30 Décembre, 2020, 21:47 | Auteur: Aubrey Nash
  • Routier pêcheur scientifique... Les voix du Brexit

Après le feu vert des Vingt-Sept en début de semaine, ce vote permettra aux deux parties de ratifier in extremis l'accord commercial avant la fin de la période de transition, pour une entrée en vigueur jeudi soir à 23 heures à Londres, soit minuit à Bruxelles. Ils ont voté par 521 voix pour et 73 contre à la Chambre des communes en deuxième et troisième lectures.

Avec la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne, c'est l'accord conclu le 4 octobre 2019 avec la Tunisie qui sera effectif à partir de 2021.

Les députés John McDonnell et Clive Lewis ont notamment accusé le chef du Labour, Keir Starmer, de "tomber dans le piège du ralliement autour de ce mauvais accord" et l'avaient exhorté à "changer de cap". Dans ce contexte, la Tunisie va conserver les mêmes avantages commerciaux octroyés dans le cadre de l'accord signé avec l'Union Européenne, notamment en ce qui concerne les échanges des produits industriels.

Les présidents du Conseil européen, Charles Michel, et de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ont également signé l'accord plus tôt dans la journée.

Dans le camp conservateur, les plus fervents partisans du Brexit de l'European Research Group sont rentrés dans le rang, estimant que l'accord "préserve la souveraineté britannique". Il quittera le marché unique européen, l'union douanière et le programme d'échanges d'étudiants Erasmus.

"Cela a été un long chemin. Notre avenir se construit en Europe", a commenté la cheffe de l'exécutif européen sur Twitter.

" L'accord que nous avons signé aujourd'hui est le résultat de mois d'intenses négociations au cours desquels l'Union européenne a fait preuve d'un niveau d'unité sans précédent".

S'opposeront au texte le petit parti unioniste nord-irlandais DUP, favorable au Brexit mais opposé aux contrôles douaniers entre la province britannique et le reste du Royaume-Uni, ainsi que les europhiles du parti libéral démocrate et de la formation indépendantiste écossaise SNP.

Le Royaume-Uni, officiellement sorti de l'UE le 31 janvier dernier, cessera jeudi soir d'appliquer les règles européennes.

En arrivant à un accord de libre-échange, Londres et Bruxelles évitent le choc d'un "no deal" avec des barrières commerciales qui auraient coûté cher à leurs économies déjà affaiblies par la pandémie. Le Royaume-Uni avait conclu un accord de libre-échange post-Brexit avec l'UE, le 24 décembre.

Boris Johnson n'avait pas besoin d'une nouvelle crise, à l'heure où les hôpitaux britanniques se trouvent au bord de la rupture face à l'accélération des contaminations malgré le reconfinement d'une grande partie de la population.

Le gouvernement britannique voit par ailleurs l'unité du Royaume se fissurer. En Écosse, qui a voté à 62% contre le Brexit en 2016, les sondages montrent désormais une majorité de la population favorable à l'indépendance, pourtant rejetée par un premier référendum en 2015.

Recommande: