Concentration record de CO2 dans le monde en dépit du confinement

26 Novembre, 2020, 00:55 | Auteur: Lynn Cook
  • Le confinement n'aura finalement pas l'impact attendu sur les gaz à effet de serre dans le monde

Les gaz à effet de serre emprisonnent la chaleur dans l'atmosphère, augmentant les températures, faisant monter le niveau de la mer et entraînant des conditions météorologiques plus extrêmes.

Les concentrations de gaz à effet de serre ont atteint un record en 2019 et devraient avoir encore augmenté cette année malgré une baisse attendue des émissions due aux mesures de restrictions mises en place pour lutter contre la pandémie de COVID-19, a prévenu lundi l'Organisation météorologique mondiale (OMM), l'organe des Nations unies chargé du climat.

Malgré cela, l'OMM estime que la baisse prévue des émissions de CO2 cette année ne constitue qu'un "petit écart" et que son impact sera limité sur les concentrations de gaz à effet de serre, qui sont le résultat des émissions passées et actuelles cumulées.

"Nous avons besoin d'un aplatissement soutenu de la courbe".

Pour rappel, en plein confinement et arrêt des activités économiques, les émissions quotidiennes mondiales de CO2 ont enregistré une diminution allant jusqu'à 17% en raison du confinement, toutefois, l'OMM juge très difficile d'estimer la réduction annuelle totale des émissions en 2020. La concentration n'aura juste fait qu'augmenter moins vite cette année.

Source [ouest-france.fr] La concentration de dioxyde de carbone dans l'atmosphère a brutalement augmenté en 2019 et la hausse s'est poursuivie en 2020, selon l'Organisation météorologique mondiale pour qui "la pandémie de Covid-19 ne résoudra pas le problème du changement climatique ". La moyenne mondiale annuelle a franchi le seuil significatif de 410 parties par million (ppm), en extension plus rapide que pendant la dernière décennie en moyenne et à près de 150% par rapport à la période préindustrielle.

"Un tel taux d'augmentation n'a jamais été vu dans l'histoire de nos disques".

Or, le dioxyde de carbone, résultant notamment de l'utilisation des combustibles fossiles, de la production de ciment et de la déforestation, demeure pendant des siècles dans l'atmosphère et encore plus longtemps dans les océans. L'année précédente, cette concentration s'était arrêtée à 407,9 ppm.

Le deuxième gaz à effet de serre le plus répandu dans l'atmosphère est le méthane - émis en partie par le bétail et la fermentation des rizières - qui est responsable d'environ 16 pour cent du réchauffement.

Les concentrations de protoxyde d'azote, le troisième gaz à effet de serre majeur qui est principalement causé par les engrais agricoles, s'élevaient quant à elles à 332 ppb l'an dernier, soit 123 pour cent au-dessus des niveaux préindustriels. La dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c'était il y a 3 à 5 millions d'années: "la température était alors de 2 à 3°C plus élevée qu'aujourd'hui et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres au niveau actuel, mais nous n'étions pas 7,7 milliards", a déclaré le secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, cité par le communiqué.

Recommande: