Coronavirus en France: vers un assouplissement du confinement en trois étapes

23 Novembre, 2020, 11:23 | Auteur: Lynn Cook
  • Paris le 16 novembre alors que le reconfinement est en vigueur

Un déconfinement n'est pas à l'ordre du jour.

Le président Emmanuel Macron prendra la parole, mardi soir, pour faire le point sur la situation sanitaire en France et les mesures de lutte contre le coronavirus pour les semaines à venir. "Savoir ensemble où nous allons et comment y aller", poursuit-il.

L'exécutif n'envisage pas pour autant à ce stade la fin du confinement, comme l'indique dans le même article le ministre de la Santé Olivier Véran: "Aujourd'hui, le niveau de circulation du virus dans le pays est le même qu'au moment du couvre-feu". "Rien n'est pire que l'incertitude et l'impression d'une morosité sans fin, déclare pour sa part le président français dans l'hebdomadaire ce dimanche".

"C'est difficile, car la pandémie est par essence imprévisible et mondiale", explique le chef de l'Etat, "mais c'est la clé de la confiance, qui elle-même est la clé du succès". Les "assouplissements" au confinement "se feront en trois étapes au regard de l'évolution sanitaire et des risques liés à certaines activités: d'abord autour du 1er décembre, puis avant les congés de fin d'année, puis à partir de janvier 2021".

"Soyons clairs, le confinement va se poursuivre" pour combattre l'épidémie de Covid-19, a indiqué Gabriel Attal. "Nous nous étions engagés à leur permettre de rouvrir autour du 1er décembre si l'amélioration de la situation sanitaire se confirmait, ce qui semble être le cas", confie le porte-parole. Elle correspond aux souhaits du ministère de l'Economie qui a obtenu le report du Black Friday d'une semaine, prévu initialement le 27 novembre prochain.

LIRE AUSSI En plein confinement, faut-il interdire le Black Friday? Le Premier ministre a de nouveau évoqué l'horizon d'une réouverture autour du 1er décembre pour les commerces, certainement aussi pour les lieux de culte, "mais pas des restaurants et des bars". Mais " certains établissements, comme les bars et restaurants, continueront à connaître des restrictions", a souligné Gabriel Attal.

Interrogé sur la stratégie gouvernementale du "tester, tracer, isoler", Gabriel Attal annonce que la stratégie pourrait quelque peu évoluer.

Le porte-parole juge par ailleurs "intéressante", "à titre personnel", la possibilité de rendre obligatoire l'isolement des cas positifs et des cas contacts. "Il y aura une deuxième série de décisions qui sera prise vers le 20 décembre", a-t-il poursuivi.

Recommande: