Zone de Guergarate: le Maroc mène "une action déterminante"

17 Novembre, 2020, 17:26 | Auteur: Lynn Cook
  • Sahara Occidental: les monarchies du Golfe se rangent derrière le Maroc

Le ministère jordanien des Affaires étrangères et des Expatriés a souligné, dans un communiqué, que " le Royaume de Jordanie affirme son soutien aux mesures ordonnées par Sa Majesté le Roi Mohammed VI pour rétablir la sécurité et la sûreté dans la zone tampon de Guergarate, à la frontière entre le Maroc et la Mauritanie, et pour assurer la sécurité des citoyens et la fluidité de la circulation et du trafic commercial.

Dans un communiqué, le Bahreïn a réduit l'armée sahraouie à des " milices " Oman a transformé le Maroc en victime et les Emirats Arabes Unis se projettent dans l'avenir en affichant son soutien à toutes les prochaines actions que pourrait entreprendre le Maroc.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a indiqué que le royaume " soutient les mesures prises par le Royaume frère du Maroc pour instaurer la liberté de circulation civile et commerciale dans la zone tampon de Guerguerat, au Sahara marocain", a rapporté l'agence officielle SPA.

De son côté, l'Etat du Qatar a exprimé son soutien à la décision du Maroc d'agir pour mettre fin à l'impasse provoquée par le blocage de la circulation au passage de Guergarate par les milices du "polisario".

" L'Algérie déplore vivement les graves violations du cessez-le-feu enregistrées ce matin dans la zone d'El Guerguerat au Sahara occidental".

Le Maroc contrôle les trois quarts du territoire de 266.000 km2 et considère la bande ouest, riche en phosphate et en eaux poissonneuses comme sienne.

Ces actes sapent les chances de toute relance du processus politique souhaitée par la communauté internationale, a martelé le ministère, notant que depuis 2016, le "polisario" a multiplié ses agissements dangereux et intolérables dans cette zone tampon, en violation des accords militaires, au mépris des rappels à l'ordre lancés par le secrétaire général de l'ONU et en transgression des résolutions du Conseil de sécurité, notamment 2414 et 2440, qui ont enjoint au "polisario" de mettre fin à ces actes déstabilisateurs. La force de l'ONU (Minurso) affronte aussi des problèmes d'accès sur le terrain et a limité ses déplacements ces derniers mois, basant désormais pour l'essentiel ses observations sur des images satellite, selon le dernier rapport annuel du secrétaire général devant le conseil de sécurité de l'ONU.

Pour le Polisario, le cessez-le-feu signé entre belligérants marocains et sahraouis sous l'égide de l'ONU en 1991 après plus de quinze de conflit "appartient au passé" et "les combats continuent".

Le front polisario qui défend visiblement les intérêts du sahara Occidental a décrété "l'état de guerre" après une incursion armée marocaine sur le territoire du sahara occidental.

De son côté, le Polisario affirme que la fin de la guerre sera liée à la fin de l'occupation de la partie du Sahara occidental sous contrôle marocain, et à l'application pleine et entière de l'accord conclu en 1991, qui prévoit un référendum d'auto-détermination.

Recommande: