Pétition contre les achats de Noël via Amazon — France

17 Novembre, 2020, 17:35 | Auteur: Aubrey Nash
  • Deux employés d'Amazon à l'entrepôt de Bretigny-sur-Orge non loin de Paris le jour de son inauguration

Plusieurs personnalités, organisation et élus français ont signé, mardi 17 novembre, une pétition pour un Noël sans Amazon.

"Cher Père Noël, cette année, nous prenons l'engagement d'un #NoëlSansAmazon", avancent les signataires de la pétition. Également signataires: des éditeurs, des économistes, des syndicalistes (dont le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez et celui de la FSU Benoît Teste), des responsables d'ONG (dont le directeur général de Greenpeace France Jean-François Julliard et le président des Amis de la Terre Khaled Gaïji) ou encore le porte-parole de la Confédération paysanne Nicolas Girod.

Les pétitionnaires de #NöelSansAmazon, qui dressent un sombre tableau des conséquences sociales, fiscales et environnementales du développement d'Amazon, plaident pour privilégier le recours aux commerces de proximité ou à l'économie circulaire pour les cadeaux de Noël.

"Ce n'est pas qu'un appel à ne pas commander sur Amazon, c'est aussi une pétition positive au bénéfice des commerçants de proximité et d'un e-commerce plus durable", justifie le député ex-LREM Matthieu Orphelin.

La pétition réclame également "au pied de notre sapin" des lois qui freinent le développement du géant du numérique en France.

Ils entendent se mobiliser "d'ici au 27 novembre prochain, date du Black Friday, pour montrer l'urgence de stopper l'expansion du géant du e-commerce avant qu'il ne soit trop tard".

"En réalité, il y a une sorte de bouc émissaire".

Celle-ci "permettrait dans l'immédiat de financer les mesures de préservation de l'emploi et le fonds de solidarité pour les commerces de proximité". Les 150 citoyens de la Convention avaient proposé un moratoire sur la construction de nouvelles surfaces commerciales, mais le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, et son gouvernement " font tout pour que les entrepôts de e-commerce en soient exclus", déplorent les signataires de la tribune. Elles doivent pouvoir combattre Amazon à armes égales. Parmi eux, des libraires, éditeurs, responsables syndicaux et politiques dont le maire écologiste de Grenoble Eric Piolle. Utilisons les plateformes françaises.

Dénonçant les dégâts sociaux et environnementaux de l'entreprise américaine, ils estiment que "pour faire face à l'urgence, une taxe exceptionnelle sur le chiffre d'affaires d'Amazon et des autres profiteurs de la crise est indispensable". "C'est l'égalité devant la loi, un principe de base", indique ce matin sur Sud Radio, Agnès Pannier Runaher, ministre déléguée auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l'Industrie.

De son côté, Amazon France qui se voit attaquée par des demandes de taxe spéciale géants du numérique, s'est défendue d'avoir créé 9.300 emplois direct dans l'Hexagone en 10 ans, et défend ses investissements.

Recommande: