Dans ses mémoires, Barack Obama compare Nicolas Sarkozy à un "petit coq"

17 Novembre, 2020, 10:38 | Auteur: Sue Barrett

L'ancien président Barack Obama a déclaré qu'il n'accepterait pas un poste au sein du gouvernement sous l'administration du président élu Joe Biden.

"C'est comme si ma seule présence à la Maison Blanche avait déclenché une forme de panique, le sentiment que l'ordre des choses avait été bousculé", écrit-il, selon des extraits cités par CNN.

" Ce n'est pas ma préférence d'être là-bas", a-t-il ajouté".

Laissant cette question en suspens, il se dit cependant optimiste sur le long terme, réaffirmant sa conviction qu'avec "de la détermination et une bonne dose d'imagination ", l'Amérique peut toujours espérer refléter " ce qu'il y a de meilleur en nous ". Il glisse au passage qu'il lui arrivait, durant ses huit années à la Maison Blanche, de chercher un petit coin tranquille pour une petite "cigarette du soir ".

L'ancien président de la France entre 2007 et 2012 n'est pas l'unique chef d'État dont les impressions sont partagées par l'ex-président américain dans ses mémoires.

Evoquant son ancien homologue chinois Hu Jintao, Barack Obama raconte que, lors d'un tête-à-tête, ce dernier lisait des documents de manière si monotone qu'il a failli lui suggérer " de gagner du temps tous les deux en échangeant nos documents et en les lisant à notre guise ". La relation, puis la rupture affichée de M. Obama avec le tabagisme, fut un sujet d'intense spéculation pendant sa campagne de 2008 et son premier mandat. "Il bombe le torse comme un petit coq", relève l'écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie dans sa critique du livre, publiée dans le New York Times.

Moins connu des Français, le sénateur républicain Mitch McConnel n'est pas davantage épargné dans "A Promise Land " (Une terre promise), le premier tome des mémoires de Barack Obama.

Recommande: