Commerce : nouvel exploit de la Chine

17 Novembre, 2020, 07:08 | Auteur: Lynn Cook
  • Des personnes dans une salle de conférence

L'accord de libre-échange signé le week-end dernier entre les dix pays de l'Asean auxquels s'ajoutent la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, consacre l'irrésistible montée en puissance de Pékin, pivot d'un nouveau multilatéralisme. Ce partenariat a été conclu à l'occasion de la clôture du sommet virtuel de l'Asean, l'Association des nations du sud-est asiatique, qui avait débuté jeudi.

Le partenariat régional économique global (RCEP) est un accord commercial.

Selon les analystes, l'accord serait le plus important du monde en termes de Produit intérieur brut.

"Je suis heureux qu'après huit années de négociations complexes, nous puissions terminer officiellement aujourd'hui les négociations du RCEP", a déclaré le Premier ministre vietnamien, Nguyen Xuan Phuc, dont le pays assure la présidence tournante de l'Asean.

Il "consolide les ambitions géopolitiques régionales plus larges de la Chine autour des 'nouvelles routes de la soie'", analyse Alexander Capri, professeur à la Business school de l'Université nationale de Singapour. Car à eux quinze, les membres du RCEP représentent 30% du PIB mondial et plus de 2 milliards d'habitants. L'actuel président américain Donald Trump dont le mandat est en train de tirer à sa fin après l'élection de son adversaire démocrate, avait en janvier 2017 retiré son pays du projet concurrent que son prédécesseur avait promu, le Traité de libre-échange transpacifique (TPP). "Dans les circonstances mondiales actuelles, le fait que le RCEP ait été signé après huit ans de négociations apporte un rayon de lumière et d'espoir au milieu des nuages", a déclaré le Premier ministre chinois Li Keqiang après la signature virtuelle.

L'accord comprend 20 chapitres couvrant de nombreux aspects des relations économiques entre les pays membres, du commerce des marchandises, des investissements et du commerce électronique à la propriété intellectuelle et aux marchés publics. New Delhi a toutefois la possibilité de rejoindre cet accord plus tard.

L'Inde s'est retirée des négociations en novembre de l'année dernière, mais les dirigeants de l'ASEAN ont déclaré que la porte restait ouverte à son adhésion.

L'Inde devait également rejoindre ce pacte commercial.

Recommande: