Reconfinement : pourquoi la grande distribution recourt cette fois au chômage partiel

16 Novembre, 2020, 08:21 | Auteur: Aubrey Nash
  • Le groupe Carrefour a placé 90000 de ses 110000 salariés au chômage partiel jeudi. Le manque à gagner sera intégralement compensé mais les syndicats estiment la mesure prématurée

Après les louanges pour avoir été en première ligne lors du confinement au printemps dernier, les employés des hypermarchés Carrefour ont été surpris d'apprendre la mise en place de l'activité partielle à partir de ce jeudi. "Il y a beaucoup d'inquiétudes, explique Frank Gaulin, délégué syndical national CGT".

Chez Carrefour, premier employeur privé du pays, l'ensemble des salariés des hypermarchés sont concernés. "On ne comprend pas pourquoi Carrefour arrive à faire une activité partielle qui concerne 90 000 salariés dans le groupe". Le chômage partiel s'applique uniformément à tous les hyper et supermarchés, quel que soit le niveau de fréquentation ou le nombre de rayons fermés.

Mais les syndicats, qui n'ont pas été concertés par la direction, ne comprennent pas cette décision. "À ce stade, ça nous paraît démesuré parce que nous n'avons pas de chiffres sur la baisse de fréquentation, les bénéfices, déplore Olivier Guivarch, syndicaliste CFDT".

Contactée par franceinfo, la direction affirme que les mesures sont justifiées, mais sans communiquer de chiffres. Donc oui, c'est prématuré de faire appel à l'argent public pour baisser le coût du travail.

"Pour moi, c'est une décision politique qui a été prise par l'entreprise en lien avec les acteurs de la grande distribution". Monoprix, Auchan, et d'autres enseignes se sont également engouffrées dans la brèche sur le même motif: la fermeture des rayons jugés non nécessaires ordonnée par le gouvernement.

Cela étant dit, le recours au chômage partiel n'est pas le fait de toutes les enseignes. Aucun ne subira de perte de salaires puisque le groupe va compenser à 100 %.

Recommande: