Sahara occidental:Offensive de l'armée marocaine, près de la Mauritanie

15 Novembre, 2020, 18:38 | Auteur: Lynn Cook
  • Le passage d'El Guerguerat à présent complètement sécurisé (Etat-Major Général

Le ministère bahreïni des Affaires étrangères a également exprimé sa forte condamnation des actes hostiles entrepris par les milices du "polisario" et ses provocations dangereuses au passage d'El Guergarate dans le Sahara marocain.

"L'ONU et l'Union africaine doivent imposer au Maroc le respect scrupuleux de ses propres frontières et celles de ses voisins", a ajouté M. Ould Salek.

En 1991, un cessez-le-feu est signé entre les deux parties sous l'égide de l'ONU, qui tentera à plusieurs reprises d'organiser un référendum pour accorder un statut final au Sahara occidental.

Par ailleurs, le Chef du gouvernement a fait savoir qu'il n'y a eu aucune friction avec les milices séparatistes, car elles se sont retirées dès que les Forces armées royales sont intervenues pour sécuriser la zone.

Vendredi 13 novembre, le Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres est l'un des premiers à s'exprimer en se déclarant "gravement préoccupé par les conséquences possibles" des derniers développements survenus à Guergarate, engendrés par les provocations graves et inacceptables auxquelles se sont adonnées dernièrement les milices du "polisario" dans la zone tampon de Guergarate.

"La guerre se poursuit jusqu'à l'heure sur tous les fronts tout au long du mur de la honte marocain", a déclaré le ministre de la Défense sarahoui Abdallah Lahbib à l'agence de presse officielle algérienne APS, en assurant que "l'Armée de libération sahraouie a remporté des victoires importantes et causé des pertes humaines et matérielles à l'occupant marocain".

"L'Algérie appelle les deux parties, le Maroc et le Front Polisario, à faire preuve d'un sens de responsabilité et de retenue", a indiqué le ministère algérien des Affaires étrangères dans un communiqué. Les indépendantistes sahraouis dénoncent l'existence de la route en question, que le Maroc considère comme essentielle pour ses échanges avec l'Afrique subsaharienne.

Le Polisario, soutenu par l'Algérie, milite lui pour l'indépendance et réclame un référendum d'autodétermination prévu par l'ONU lors de la signature de l'accord de 1991 mais sans cesse repoussé.

La France a pour sa part appelé vendredi soir à "tout faire pour éviter l'escalade et à revenir au plus vite à une solution politique", a rapporté le ministère français des Affaires étrangères. Paris préconise "la nomination dans les meilleurs délais d'un nouvel Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unies".

Ces actes sapent les chances de toute relance du processus politique souhaitée par la Communauté internationale, a précisé le ministère, notant que depuis 2016, le Polisario a multiplié ces agissements dangereux et intolérables dans cette zone tampon, en violation des accords militaires, au mépris des rappels à l'ordre lancés par le Secrétaire Général de l'ONU et en transgression des résolutions du Conseil de Sécurité, notamment 2414 et 2440, qui ont enjoint au Polisario de mettre fin à ces actes déstabilisateurs. Environ 200 routiers sont bloqués par le Polisario depuis trois semaines au poste-frontière de Guerguerat, selon Rabat.

Recommande: