Premières réactions politiques à l'intervention de Jean Castex — Confinement

14 Novembre, 2020, 16:59 | Auteur: Lynn Cook
  • Deux semaines après l'annonce du reconfinement le Premier ministre Jean Castex va prendre la parole jeudi à 18 heures lors d'une conférence de presse. Alors que l'épidémie de coronavirus progresse encore sur le territoire il ne devrait

Statu quo dans les deux prochaines semaines. Mais la tendance à la baisse du nombre de contamination est encore fragile et, surtout, elle ne se ressent pas encore sur le nombre d'hospitalisations.

En cas d'aggravation " nous serions amenés à prendre des mesures supplémentaires afin d'arrêter la vague, a averti Jean Castex. À l'inverse, nous pensons que le pic de la deuxième vague pourrait être atteint dans les hôpitaux au milieu de la semaine prochaine. " Il serait irresponsable de lever ou même d'alléger le dispositif dès maintenant", a-t-il complété. Depuis le 30 octobre, 581 000 personnes ont déjà été contrôlés, dont 88 455 ont été verbalises.

" Si en décembre, les commerces non alimentaires sont fermés, il sera difficile de maîtriser ce que l'on voit monter", prédit Geoffroy Roux de Bézieux, évoquant une " profonde colère", en plus d'un " tsunami économique ".

"Les déplacements en train de longue distance ont chuté de 85% (.) 45% des salariés privés ont télétravaillé au cours de la semaine écoulée pour une durée moyenne de 3,7 jours dans la semaine".

"Le problème n'est pas d'aménager les règles d'aujourd'hui, le problème, c'est de les respecter afin de ne pas prolonger l'état de confinement", a martelé vendredi sur Franceinfo le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. "L'extrême limite (pour rouvrir), c'est vraiment le 1er décembre ", a-t-il par ailleurs déclaré à l'AFP. Le premier ministre Jean Castex a pris la parole ce jeudi 12 novembre, 15 jours après la mise en place du nouveau confinement en France et son discours est clair: les règles restent inchangées. Cette première étape ne pourra pas concerner d'autres établissements recevant du public où les risques seront plus élevés comme les bars, restaurants, salles de sport. Du côté des particuliers, les attestations seraient toujours à l'ordre du jour.

"Notre objectif est un nouvel allègement pour les fêtes", anticipe le Premier ministre. Tout en prévenant aussi que ces célébrations ne pourraient pas "se tenir de la même manière que d'habitude". Il ne serait " pas raisonnable " d'organiser de grandes fêtes ou réunions à plusieurs dizaines pour célébrer cet événement, a estimé le Premier ministre lors de sa conférence de presse. Il espère pouvoir donner des détails "d'ici la fin du mois de novembre" pour que les Français puissent s'organiser.

"Je demande au gouvernement de sauver Noël", a demandé, avant la conférence de presse du Premier ministre, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse (Libre!), lors d'un rassemblement d'écrivains et éditeurs en soutien aux libraires à Paris. Car il prévient les Français qu'il faudra "vivre avec le virus sur le temps long".

Recommande: