Terrible pour Andrea Iannone, suspendu pour 4 ans — MotoGP

12 Novembre, 2020, 16:39 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Iannone ne pourra pas revenir en MotoGP avant la saison 2024

Andrea Iannone a été condamné mardi à 4 ans de suspension par le Tribunal arbitral du sport (TAS), la plus haute juridiction sportive.

L'argumentaire ne l'avait cependant pas convaincu et la CDI confirmait la suspension de 18 mois le 31 mars, portant au 16 juin 2021 l'interdiction pour Andrea Iannone de rouler à nouveau en Grand Prix. Il avait été contrôlé positif au propionate de drostanolone à l'issue du Grand Prix de Malaisie à Sepang le 3 novembre 2019. La sanction a ainsi été très largement alourdie puisqu'elle passe de 18 mois à 4 ans d'inéligibilité à compter du 17 décembre 2019.

Andrea Iannone et ses avocats savaient, qu'en cas de défaite après recours, la sanction risquerait d'être plus lourde encore. Le panel a par ailleurs conclu que ni Andrea Iannone ni ses experts ont pu établir spécifiquement qu'il y avait eu un problème de contamination de viande à la drostanolone en Malaisie. "Le panel n'exclut pas la possibilité qu'une viande contaminée serait effectivement à l'origine de cette infraction, mais puisqu'il appartient au pilote de fournir des preuves convaincantes, et qu'Andrea Iannone n'est pas en mesure de démontrer qu'il ne s'agissait pas d'un acte intentionnel, le Jury valide donc la transgression délibérée aux règles antidopage ", explique le communiqué du MotoGP. "Le panel a donc considéré qu'une violation aux règles anti-dopage avait été commise", indique le TAS.

Andrea Iannone a toujours contesté avoir voulu délibérément se doper. Le panel du TAS a rejeté l'appel interjeté par Andrea Iannone et a accepté celui interjeté par l'AMA. "La sentence du TAS annule la décision rendue par la Cour disciplinaire internationale de la FIM en date du 31 mars 2020 et impose une période de quatre ans de suspension à Andrea Iannone".

Ce verdict met fin à tout espoir d'Andrea Iannone de reprendre la compétition la saison prochaine, alors qu'Aprilia l'avait assuré de son soutien et lui avait garanti une place si sa suspension était, comme il l'espérait, levée. Le pilote avait alors fait appel auprès du Tribunal arbitral du sport, qui a prononcé une peine bien plus sévère.

Recommande: