Un prof d'histoire décapité, l'assaillant est mort — France

17 Octobre, 2020, 03:20 | Auteur: Lynn Cook
  • Un professeur d’histoire décapité dans les Yvelines l’agresseur présumé abattu

L'homme a été tué de plusieurs coups couteau au niveau de la gorge. Son assaillant a été tué par la police.

La victime serait un professeur d'histoire qui avait montré les caricatures de Mahomet à ses élèves lors d'un cours sur la liberté d'expression.

Le président a qualifié cette attaque "d'attentat terroriste islamiste caractérisé". "Ils ne passeront pas", a-t-il martelé, appelant la nation à "faire bloc".

Le chef de l'État, accompagné du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, et de la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, et rejoint ensuite par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, a pu échanger avec les enseignants de l'établissement, avant de faire une déclaration.

Il en est ressorti après près d'une heure et demie d'échanges avec les équipes éducatives sous le choc. "La victime aurait, selon M. Arenas, " invité les élèves musulmans à sortir de la classe " avant de montrer une caricature du prophète accroupi avec une étoile dessinée sur ses fesses et l'inscription " une étoile est née ".

Des familles, des parents avec pour certains leurs enfants dans les bras, s'agglutinent sur un trottoir, hébétés. Les enquêteurs cherchent maintenant à savoir s'il a, lui-même, posté un message sur Twitter montrant une photo de la tête de la victime avec un message adressé à Emmanuel Macron, "le dirigeant des infidèles", et qui dit vouloir venger celui "qui a osé rabaisser Muhammad".

"Cette bataille, c'est la nôtre".

Emmanuel Macron a également exprimé ses remerciements aux forces de l'ordre qui, a-t-il dit, "avec un courage exemplaire sont intervenues avec une rapidité exceptionnelle pour mettre fin à la course mortelle de ce terroriste". Les policiers ont pris en chasse l'agresseur qui a été neutralisé par balles sur l'avenue Roger Salengro, située à quelques centaines de mètres, non loin de la commune de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). L'agresseur est un jeune homme de 18 ans et donc pas un parent d'élève.

"Les réactions politiques se sont multipliées à la suite de l'attentat". Le parquet national antiterroriste a annoncé à l'AFP s'être immédiatement saisi de l'enquête, ouverte pour "assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Le procès des attentats de janvier 2015, toujours en cours, doit se poursuivre jusqu'au 10 novembre.

" Charlie Hebdo fait part de son sentiment d'horreur et de révolte après qu'un enseignant dans l'exercice de son métier a été assassiné par un fanatique religieux". " L'intolérance vient de franchir un nouveau seuil et ne semble reculer devant rien pour imposer sa terreur à notre pays". Le parquet national anti-terroriste a été saisi. Il n'était pas fiché S ni inscrit au FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste) mais connu des services de police comme l'avons révélé.

Recommande: