Pfizer espère obtenir l'autorisation de son vaccin en novembre

17 Octobre, 2020, 14:23 | Auteur: Aubrey Nash
  • Dépôt d’urgence de Pfizer Seas aux États-Unis pour le vaccin COVID-19 après les élections américaines

"Le laboratoire pharmaceutique américain Pfizer prévoit de demander aux autorités américaines une autorisation " d'urgence " pour son vaccin à la 3e semaine de novembre, " en supposant des résultats positifs d'efficacité et de sécurité pour ses tests humains avancés ".

Les Etats-Unis pourraient donc disposer de deux vaccins d'ici la fin de l'année. le Moderna compte également avec le mois de novembre.

La Food and Drug Administration américaine a déclaré plus tôt ce mois-ci qu'elle voulait au moins deux mois de données de sécurité sur la moitié des participants à l'essai avant d'autoriser l'utilisation d'urgence de tout vaccin expérimental contre le coronavirus. Et est-il sûr?

" En supposant que les données soient positives, Pfizer demandera une autorisation d'utilisation d'urgence aux États-Unis peu après que l'étape de sécurité aura été franchie, au cours de la troisième semaine de novembre", a dit Albert Bourla dans une lettre ouverte publiée sur son site.

Le calendrier correspond à celui prévu par Moderna, une société de biotechnologie, qui table sur le 25 novembre.

Le gouvernement prépare déjà l'immense chaîne logistique qui sera nécessaire, dans le but de lancer la distribution des premières doses dans les 24 heures suivant toute autorisation.

Quoi qu'il en soit, les Américains ne doivent pas espérer un retour imminent à la "normale", a prévenu le directeur de l'Institut des malades infectieuses, Anthony Fauci. Mais la FDA pose trois conditions à l'autorisation d'un vaccin: est-il efficace? "Il est possible que nous ne puissions pas retrouver de cinémas bondés ou de stades remplis de spectateurs avant des mois et des mois en 2021, voire plus tard", a-t-il dit vendredi dans un entretien avec l'université Johns Hopkins. La méthode consiste à insérer des instructions génétiques dans l'organisme pour déclencher la production d'une protéine identique à celle du coronavirus (sa pointe si reconnaissable), et provoquer une réponse immunitaire.

Le premier pic de l'épidémie s'est produit en avril, lorsqu'elle a durement frappé New York et le Nord-Est. Avec la fermeture de l'économie, la courbe est redescendue, mais un déconfinement trop rapide a provoqué une deuxième vague en juillet, centrée sur le Sud et l'Ouest. Par rapport à la France, et rapporté à la population, les États-Unis ont moins de nouveaux cas mais plus de décès par jour. Pour le Dr Fauci, les familles vont devoir "sérieusement réfléchir au niveau de risque qu'elles sont prêtes à accepter".

Recommande: