L’opposition appelle au boycott actif — Côte d’Ivoire

17 Octobre, 2020, 09:58 | Auteur: Lynn Cook
  • Côte d’Ivoire –joutes présidentielles

L'on pourrait dire que l'opposition ivoirienne monte progressivement en puissance en termes de consigne ferme donnée à ses militants car depuis l'appel à la désobéissance civile, certains observateurs et les tenants du pouvoir d'Abidjan estiment qu'il s'agit d'un verbiage creux, nul et de nul effet.

Les candidats Pascal Affi N'guessan et Henri Konan Bédié ont refusé de retirer les spécimens des bulletins de vote, réaffirmant qu'ils ne se sentent plus concerné par le processus électoral.

"Nous ne sommes pas concernés par le processus électoral en cours, ce processus électoral est illégal et ne répond nullement à aucun critère international", a déclaré M. Affi, appelant leurs militants comme les électeurs à "s'abstenir de participer tant en ce qui concerne la distribution des cartes électorales qu'en ce qui concerne la campagne électorale ". Si cela arrivait, il ne resterait que deux candidats pour cette élection: le président Ouattara pour le Rassemblement des républicains (RHDP) et Kouadio Konan Bertin dit KKB, indépendant en rupture avec le PDCI.

"Nous invitons nos militants [.] à mettre en application le mot d'ordre de boycott actif par tous les moyens légaux à leur disposition, afin que le pouvoir actuel consente à convoquer l'ensemble des forces politiques nationales afin de trouver des solutions acceptables à toutes les revendications [de l'opposition]", a lancé l'ancien Premier ministre, qui s'exprimait aux côtés de l'ancien président dans la résidence de celui-ci à Abidjan.

Les deux hommes, qui n'ont pas répondu aux questions des journalistes, ont promis une conférence de presse le 16 octobre. Nous invitons en conséquence, le peuple de Côte d'Ivoire à faire barrage à ce coup d'État électoral, a conclu le président du FPI et ancien premier ministre de Laurent Gbagbo.

Une quinzaine de personnes sont mortes en août dans des violences survenues dans le sillage de l'annonce de sa candidature et des échauffourées ont eu lieu dans plusieurs localités après l'annonce par le Conseil constitutionnel de la liste des candidats retenus pour le scrutin.

Des incidents se sont déroulés jeudi, la circulation sur plusieurs routes ayant été perturbée ou coupée par des arbres abattus dans la nuit, entre Abidjan et Dabou (sud), à 20 km de Gagnoa (sud-ouest), et près de Daoukro (centre-est).

Au même moment, le président sortant, Alassane Ouattara, a bien entamé sa campagne avec des slogans le présentant comme "le meilleur" pour la Côte d'Ivoire, la jeunesse et les fonctionnaires du pays.

La participation des 7,5 millions d'électeurs de ce pays de 25 millions d'habitants, premier producteur mondial de cacao, sera une des clés de l'élection.

Recommande: