Gestion de la crise du Covid-19: perquisitions chez le ministre Véran

16 Octobre, 2020, 00:54 | Auteur: Lynn Cook
  • PERQUISITIONS CHEZ VÉRAN PHILIPPE BUZYN ET NDIAYE SELON BFM TV

L'enquête menée par la CJR, seule instance à pouvoir juger les membres du gouvernement pour l'exercice de leur fonction, doit déterminer si les personnes concernées par les perquisitions sont coupables d'"abstention de prévenir un sinistre" pour leurs décisions prises durant la crise. Des perquisitions au domicile et au bureau d'Olivier Véran, minsitre de la Santé, et de Jérôme Salomon, directeur général de la santé, ont eu lieu ce jeudi matin.

Le ministère de la Santé fait savoir à RMC que "Cette opération s'est déroulée sans difficulté et la procédure suit son cours".

- Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé.

Jean Castex a affirmé jeudi sa confiance " totale " dans le ministre de la Santé, Olivier Véran, dont le domicile et les bureaux ont fait l'objet de perquisitions ce jeudi matin dans le cadre d'une information judiciaire sur la gestion de la crise du coronavirus.

"Edouard Philippe a toujours dit qu'il se tenait à disposition de la justice", a souligné de même source.

Sont également concernés par ces descentes l'ancien Premier ministre Edouard Philippe, l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, et l'ancienne porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye.

Une information judiciaire avait été ouverte le 7 juillet pour "abstention de combattre un sinistre" et confiée à la commission d'instruction de la CJR, qui agit comme un juge d'instruction et mène les investigations.

Les perquisitions ont été réalisées par les gendarmes de l'OCLAESP (Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique) et de l'OCLCIFF (Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales). Sur ces 90 plaintes, 9 ont été jugées recevables par la CJR, seul organe en mesure d'enquêter et juger des membres du gouvernement.

Les auditions des plaignants, parmi lesquels des représentants d'un collectif de médecins, ont démarré début septembre. La situation devrait connaître de nouveaux rebondissements, puisque le nouveau Premier ministre est accusé par un autre collectif, le collectif Victimes Coronavirus France, de naviguer à vue.

Recommande: