Les pistes de réflexion pour la nouvelle version de StopCovid — Coronavirus

14 Octobre, 2020, 14:55 | Auteur: Lynn Cook
  • Le Premier ministre n'exclut pas des reconfinements locaux face à

Une nouvelle version de StopCovid, l'application française de traçage des malades du coronavirus, sera également lancée le 22 octobre, après l'échec relatif de sa première mouture. L'avenir de Stopcovid a été scellé par l'aveu même du premier ministre Jean Castex qui a déclaré ne pas avoir téléchargé cette application pourtant devenue un des chevaux de bataille de la lutte contre le Covid-19. Selon le gouvernement, seulement 7.969 personnes s'y sont déclarées comme étant positives, et 472 notifications ont été envoyées à de potentiels cas contacts. "C'est ce qu'a expliqué Jean Castex" lundi 12 octobre, rappelle Anne Bourse, journaliste France Télévisions, sur le plateau du 19/20. Des alertes locales pourraient prochainement être intégrées à la nouvelle application afin que le gouvernement puisse s'adresser directement aux utilisateurs. Il s'agira toujours d'un système centralisé autour du protocole "Robert" et non de la solution d'Apple et Google, sur laquelle s'appuient la plupart des autres applications dans le monde. On ne sait pas, en revanche, s'il s'agit de mettre en place un système de QR code pour remplacer les "carnets de rappel" mis en place depuis la semaine dernière dans les restaurants: un système qui permettrait à la fois que les restaurateurs ne soient plus en possession des coordonnées de leurs clients, et que le Bluetooth ne soit plus la seule technologie utilisée par l'application. "Pour une raison simple, c'est que l'ensemble de l'architecture est dans les mains d'Apple et Google (...) Nous, on sait ce qui se passe et on sait que ça marche mal". StopCovid a de plus été désinstallée plus d'un million de fois, a indiqué le secrétaire d'Etat.

Cédric O avait notamment cité en exemple l'application britannique.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a confirmé lundi soir qu'il "pourrait y avoir des mesures supplémentaires" pour lutter contre l'expansion de l'épidémie dans les villes les plus touchées, sans en dire plus.

Parmi les évolutions à venir, une réflexion est en cours sur un changement de nom de l'application.

Selon lui, le confinement ne "pouvait pas durer plus longtemps".

C'est Cédric O. lui-même qui aurait poussé pour relancer l'application.

La baisse de popularité du chef du gouvernement est particulièrement notable chez les sympathisants des Républicains (LR), son ancien parti (53 % d'avis défavorables en octobre, contre 26 % en septembre, soit une hausse de 27 points).

Recommande: