" La Turquie reste attachée à une solution diplomatique en Méditerranée orientale " — Altun

14 Octobre, 2020, 01:51 | Auteur: Lynn Cook
  • La Grèce et la Turquie ont connu un mois de forte tension après le déploiement par la Turquie du 10 août à la mi-septembre de l’Oruc Reis escorté de navires de guerre pour procéder à des explorati

La décision d'Ankara de renvoyer un navire dans les eaux qui entourent l'île grecque de Kastellórizo a provoqué la colère d'Athènes.

Athènes et Ankara connaissent de fortes tensions diplomatiques et militaires depuis le déploiement par la Turquie, du 10 août à la mi-septembre, d'un bateau d'exploration sismique, escorté de navires de guerre, pour procéder à des études au large d'îles grecques, dans une zone potentiellement riche en gaz naturel. Il doit se rendre mardi en Grèce et à Chypre pour évoquer notamment ces tensions, qui seront au menu du sommet européen organisé jeudi et vendredi à Bruxelles.

L'Oruc Reis avait regagné les côtes turques le mois dernier dans ce que beaucoup espéraient être un signe de désescalade pour résoudre cette crise.

"Nous allons continuer de chercher (du gaz), de creuser et de défendre nos droits", a déclaré lundi sur Twitter le ministre turc de l'Energie Fatih Dönmez.

En réaction, Athènes a qualifié ce nouvel épisode de "menace pour la paix et la sécurité". La France s'est dite "préoccupée". La mission du navire de recherche "sera discutée par les dirigeants européens lors de leur prochain sommet", a annoncé lundi le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE. Située sur la côte est de Kastellórizo, ce "Saint-Tropez" chypriote avait été abandonné depuis la partition de l'île en 1974. Washington demande à Ankara de cesser sa " provocation délibérée ".

Le navire de recherche sismique Oruç Reis a quitté son port turc dans la matinée, selon des images publiées par les médias, et mènera des activités d'exploration jusqu'au 22 octobre, a indiqué la marine turque dans une notice d'information maritime (NAVTEX). Selon Washington, qui "déplore" la décision turque, l'envoi de ce navire "complique délibérément la reprise de discussions préliminaires essentielles entre la Grèce et la Turquie", deux pays voisins alliés au sein de l'Otan malgré leur rivalité historique.

Le nouveau déploiement de ce navire est "une menace directe à la paix et à la sécurité dans la région", a estimé le ministre grec des Affaires étrangères dans un communiqué. Le navire Oruc Reis, a repris la direction de Kestellorizo.

Le déploiement de nouvelles recherches autour des forages gaziers s'inscrit dans la stratégie générale du président turc pour s'imposer comme un leader régional. Après des interventions en Libye et en Syrie, puis le soutien à Bakou dans le conflit au Haut-Karabakh, Erdogan veut "montrer que les conflits ne peuvent pas se régler sans la Turquie".

Recommande: